ES14 : Odessa (UA) – Chișinău (MD)

26 juillet 2017 : Odessa (UA) – Chișinău (MD)
309km
« En mal de reconnaissance »

RB 26-07-2017JPG

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Le 26 juillet a toujours eu une saveur particulière pour moi. Ça a toujours été des journées exceptionnelles, en témoigne ce qui s’est passé en 2016.

Bref, on décolle d’Odessa sans se presser, mais il y a tout de même un pincement au cœur. On attaque la route du retour et j’ai la même sensation que lors du départ du Cap Nord.

DCIM100DRIFTEn n’étant pas aussi secoué ceci dit.

On prend la direction plein ouest pour sortir de la belle ukrainienne. Rien de bien excitant car la route sera bien droite et bien cahoteuse par certains endroits.

Une fois le plein fait à la sortie d’Odessa, je prends la direction du parc national du Bas Dniestr via la… M15. Décidément, je l’aurai faite dans tous les sens celle-ci.
Et c’est comme il y a deux articles, la route alterne le bon comme le moins bon, la brute et le truand avec ces surprises d’absence de route non signalées.

DCIM100DRIFTAutant dire que c’est un sacré chemin de choix…

_IMG4226Leslie : « Tu me fatigues! »

DCIM100DRIFTLes églises toujours superbes et… tiens, Reni et Izmaïl, ça me parle!

_IMG4229Rien de bien folichon encore jusqu’à la frontière moldave.

Cette cinquantaine de kilomètres sera d’un ennui terrible jusqu’au poste-frontière ukrainien.

Et c’est là que tout va être drôle pour la première fois de la journée.
Accroche-toi. Mais vraiment.
J’arrive au poste-frontière, rien d’indiqué sur quoi faire.
Là, une bidasse se pointe vers moi, Kalach’ pointée sur ma gueule.
« Frantsuzʹkyy? » (en voyant le drapeau sur la bulle) « Da. Out of Ukraine. » « Control! Checkpoint! »
Oui, je sais, merci, mais…

Comment faut-il faire pour sortir d’ici et la paperasse qui va bien?

En fait, les bureaux sur le côté droit de la chaussée… ne servent à rien. J’avais beau tambouriner à la lourde, nada, pod’bal. Pour ça que la bidasse est venue à moi.
Ca se passe tout à gauche, dans le sens vers l’Ukraine. Et il y a what mille personnes…

J’ai bien fait de partir aux aurores encore moi…

Et bien entendu, c’est reparti pour passer de bureau en bureau, blabla, armes, pourquoi toussa… Un air de déjà vu (si vous avez lu mes articles, bande de moules).

Une heure plus tard, j’ai le fameux ticket de sortie d’Ukraine que je tends à ladite bidasse. Et on est en dehors de l’Ukraine.

Là, j’arrive dans une partie un peu bizarre car je fais moult kilomètres, toujours pas de poste-frontière moldave. Bon, on avance, et je me dis que je vais bien le trouver. Et cette sensation de prend un peu aux tripes car là, tu es en fait dans aucun pays! Je suis sorti de l’Ukraine mais pas rentré en Moldavie.

Là, à une intersection que j’allais rater, le voici, je braque au dernier moment et m’arrête à quelques centimètres de la barrière. Le douanier m’a vu faire et je pense être bon pour un bon savon…

Ben non même pas. Il est condescendant et me dit, en français, que c’est mal foutu ici. Tous les étrangers se font avoir.
Purée, tu parles le françouze toi? Copain!

Et comme lors de l’entrée en Moldavie il y a deux jours, putain que les douanes sont longues bordel…

davMais au moins, on est à l’ombre et il y a du WiFi.

_IMG4232Et le panneau te nargue… manque pas quelque chose là sur les limitations?

De nouveau, recherche du numéro de moteur… réexplication pas possible, pas d’outils etc… et de nouveau, mauvaise compréhension, recherche du numéro de châssis. On commence à s’y faire à ces soucis de langue et de bureaucratie!

Fermez le ban, on me rend tous mes papiers et la barrière est levée. Nous voici de nouveau en Moldavie!

_IMG4234Un peu bourrin sur les bords le Moldave.

La région de Purcari est réputée dans la région pour :

DCIM100DRIFTBon, pas besoin de traduction, je pense que vous avez comprendu.

De nombreux cépages et de noms de caveaux bordent la route. Je suis d’ailleurs surpris car la région est plutôt vallonnée, en total contraste avec ce que j’ai eu depuis Odessa.

Le sud-est du pays est très riche en champs de céréales. La Moldavie a longtemps été un des greniers de l’ex-URSS. Le sol y est très fertile et les champs sont à perte de vue.
Des vignes et du blé, il y a pire comme récoltes à faire!

_IMG4239

La route est toujours d’un terrible ennui. Le réseau, cependant, est en très bon état sur la R52 puis la R30 (un super modèle de chez Renault). Rien à voir avec ce que j’ai connu en Ukraine.

Enfin… là, ce sont les axes principaux. Quand tu rentres dans la campagne…

_IMG4246Croix, sépultures à (viva Cavalera) gogo…

_IMG4243Auto-stoppeurs à gogo…

_IMG4263Et surtout, RIEN de goudronné…

Zob, walou et le pire, c’est que c’est le phénomène de la tôle ondulée qui se rappelle à ton souvenir. LE truc pénible sur chemin/piste qui te fait demander quand cet enfer cesse. 5 bornes ainsi.

Sauf qu’à un moment…

_IMG4254Wut?

J’arrive en fait à la frontière entre la Moldavie et la Transnistrie.
Qu’est-ce que la Transnistrie?
Pour faire simple, c’est une région sécessionniste de la Moldavie, russophone en grande majorité, qui a déclaré son indépendance en 1991 au cours d’une guerre. Sauf que depuis, ben hormis des états qui sont eux-mêmes non reconnus par la communauté internationale, ce pays n’est pas reconnu. Il délivre cependant ses passeports, a son président, gouvernement, monnaie, philatélie… mais reconnu nulle part ailleurs.

Donc, côté moldave, contrôle… ah non, juste écriture dans un registre de mon passage et de l’immatriculation de la bécane. Je demande si je peux m’assurer de continuer via cette route « oui oui pas de soucis ».

Soit.

Je continue ma route et arrive devant… je me demande si on peut appeler ça un poste.
Par contre, c’est bien bien bien bien bien bien moins avenant.
Déjà, la milice, casquette russe, habits militaires, AK-47 et cabots qui te gueulent dessus.
Café? Olé.
Ça me parle en, ce que je suppose être, russe.
Avec mon maigre bagage de russe (bonjour, merci, au revoir, français et russe… tu vas loin avec ça…), mélangé à de l’anglais, j’explique que je veux rejoindre Tiraspol.
Personne pane ou presque, juste un qui a de vagues notions d’anglais.
Bon, on va sortir le petit téléphone… sous les canons des AK.
Heu…
Leur chef leur montre de baisser les armes en voyant que je prends mon GSM et montre Google Trad.
Je tends le GSM à l’anglophone et lui dis de taper ce qu’il veut me dire.

Et là, merci Google Trad. Vraiment.
La phrase traduite est nickel, je comprends.
Il faut que j’aille au poste officiel de Bender pour rentrer ici. Il y a tout un tas de papiers à faire et c’est l’un des 5 points principaux d’entrée en Transnistrie. L’ambiance se détend voyant ma bonne volonté. L’anglophone même me demande d’ouvrir Maps et me montre où est le point d’entrée.
Vu qu’il n’y a personne, ils me posent quelques questions, c’est la première fois qu’ils voient déjà un français et en plus motard ici. Et me disent d’aller chez Kvint pour prendre des alcools locaux.

Donc demi-tour.
Et putain faut se retaper les 5 bornes de tôle ondulée.

source

Bon, ben, là, j’y vais en mode barbare, tant pis, 80km/h et feu, on abrège la punition.

De retour sur la R30, de nouveau, les paysages sont tristes, et les villages et villes traversées idem jusqu’à Anenii Noi.

_IMG4265A quelques exceptions près tout de même, sinon c’est chiant à mourir.

J’arrive à me planter de route et reprends la route de Bender.
Haha, Bender.

1284521-bender_applauseVoilà, je l’ai faite, z’êtes contents!

Je prends la R2. Des deux principales routes prises à ce jour, je suis en mode robot et je ne fais pas très attention aux limitations.
Et ce qui devait arriver… arriva.

Tiououououououou… et merde, chassé par la politia moldave.
Raison? 88km/h au lieu de 70 avec un radar mobile mobile.
Alors oui, le pays est le plus pauvre d’Europe, les bagnoles ce sont des Logan en état de ce qu’elles sont, mais l’équipement à l’intérieur n’a rien du tout à envier à nos saloperies françaises… Voire même mieux.
Ils me montrent le ralenti de l’infraction.
De toute façon, je ne moufte pas, j’avais vu le panneau et n’avais pas ralenti.
« 500 please. » 500 quoi? Lei moldaves.
Nickel, j’ai pas un pet de votre monnaie sur moi, on fait comment?
« Euro? » Ouais, ça j’ai mon pote. « 20€ is OK. »
Minute, je regarde mon papier de taux de changes.
Ça va, ils ne se gavent pas comme des sales, voire même en-dessous. (pour info, 500MDL fait environ 25€). Je file un talbin bleu et on n’en cause plus.
Deux minutes après, un moldave se fait baguer. Décidément, ils étaient au taquet avec leur Logan.

DCIM100DRIFT

Je reprends ma route jusqu’au « poste-frontière » de Bender. Côté moldave, je me fais intercepter. Putain, quoi encore?
« Vinieta. Where is it? »
Quelle vignette? De koikimkoz?
« Vinieta for road. You have? »
Ben non, on ne m’en a pas parlé aux deux passages de frontières précédents qu’il en fallait une.
« You’ll get a ticket. Wait. »
Hé putain, c’est quoi ce racket organisé?!?! J’attends. Et ça gueule. Fort. Derrière moi.
La chef du mec qui me contrôle lui passe un savon violent et s’excuse devant moi. Les motos ne sont pas assujetties à la vinieta.
Ils connaissent bien leurs lois ici dis donc…

Bref, je pars et fais face au côté transnistrien.
Oh que c’est sinistre. J’ai bien fait de ranger ma GoPro moi je sens… j’ai l’impression de traverser une zone militaire avec ces… chars, barbelés, troupes armées et tutti chianti.
Je me range sur le côté et premier contrôle. Le garde regarde la plaque et…
« WTF are you here??? French! Moto! Adin! (Seul) »
D’autres gardes sortent et nous regardent Leslie et moi. On a dû faire leur journée!
Rapide contrôle du top-case, encore une fois, ils ont pitié des valises.

Direction l’Algeco pour faire tous les papiers d’import (oui oui) de la moto (avec calcul de la valeur de la moto… qu’ils n’ont jamais trouvé, j’ai dû donner la côte de La Centrale pour idée XD ), du visa, de la taxe et de l’assurance (7€ en tout).
Pour 10h.
Oui, on a un visa de 10h pour la Transnistrie si on ne dort pas ici.
Et surtout ne rien perdre en papiers lors du retour en Moldavie, sinon, c’est prison direct.
Woh putain…
Après 45 longues minutes, avec l’aide de la chef (que des nanas chefs ici, amusant ^^) qui parle un excellent anglais, tout est OK pour qu’on puisse passer la frontière!

_IMG4266Hihaaaaaaaa…

Et là, je n’ai pas pu m’empêcher de faire la petite danse de la joie. :p

C’est parti pour rejoindre Tiraspol!

Allez, je ne dis rien et vous laisse profiter de quelques images après les longs pavés.

Que dire de ces deux heures passées en Transnistrie?

Déjà, j’ai été surpris du calme ici et de bien plus délabré car la région est maintenue sous perfusion par Moscou.
Ensuite, j’ai été surpris de l’ambiance très URSS du coin. CCCP à gogo, statues de Lénine, beaucoup de drapeaux transnistriens et russes, énormément de casernes russes elles-aussi…
D’ailleurs, ici, tout est écrit en cyrillique, tandis que dans le reste de la Moldavie, c’est en alphabet latin.
J’avais lu ça et là des menaces pour les photos, j’ai fait discret j’avoue. Les quelques photos prises ci-dessus sont les seules, je n’avais pas envie d’attirer les ennuis.
Ensuite, il faut noter l’omni-présence de la marque Sheriff. C’est un conglomérat d’entreprises, supermarchés, stations-services, opérateur télécom, un véritable monopole. Normal, le PDG est en mèche avec le président transnistrien.
Je me suis fait accoster plusieurs fois car des motos, c’est rare et encore plus quand ça vient d’Occident ^^

Rapide tour dans Tiraspol, qui est la capitale du « pays », pour aller jusqu’à chez Kvint. Kvint est un fabricant de vins et de cognacs. Original!

_IMG4285

Je profite d’une banque à côté pour changer des Hryvnia en Roubles Transnistriens. Les Euros n’ont pas été acceptés 😦

davLà, devant vous, vous avez… 0€, c’est de la monnaie Monopoly!
Ça fait un super souvenir!

La diversité des cognacs est assez ahurissante pour des tarifs défiant toute concurrence. La vendeuse veut me faire goûter quelques uns, je me contente de renifler uniquement, pas envie de jouer avec l’alcool ici. Déjà qu’en France, je suis ultra strict sur ça… allez, on en prend pour les copains 😀
Je discute un peu avec elle sur la vie quotidienne ici, et les gens restent fermés par peur d’être dénoncés.

Je reprends la direction de Bender en profitant de la vue sur la forteresse.

_IMG4290

C’est vrai que je me suis senti un peu oppressé durant ces deux heures, mais de là à crainte quoi que ce soit, non.
C’est une ambiance « back in the USSR » qui s’offre à nous lors de cette visite en Transnistrie.
Les quelques personnes croisées étaient plutôt sympathiques et étonnées de me voir.
De toutes les plaques vues, je crois avoir été le seul étranger ^^
Chose intéressante, les citoyens ici ont quasiment tous 3 voire 4 passeports : Transnistrien, Moldave, Russe voire Ukrainien.

On repasse au poste-frontière où là, en deux minutes, c’est torché. Juste eu à présenter mon papier de sortie (le fameux à ne pas perdre) et à bientôt!
Un garde me reconnait et me dit « Adieu » en français « and good luck ».

Et nous voici de nouveau sur la R2, AUX LIMITATIONS, et nous voici à

bdr60km plus loin.

Il fait très chaud ici et la rue pour atteindre mon hôtel, c’est ça…

DCIM100DRIFTBouh, les gants, je sais… 

Avant ça, je traverse Chișinău et passe devant

DCIM100DRIFTLa Piața Constantin Negruzzi

DCIM100DRIFTLa Piața Națiunilor Unite avec le Centrul Expozitional Constanti Brâcuși et l’Academia de științe a Moldovei

DCIM100DRIFTLe Palais de Justice sur le Bulvardul Stefan cel Mare și Sfint

Moment rigolo à l’hôtel aussi avec la (très jolie) réceptionniste. Naturlisch, on devise en angliche et me demande mon passeport pour l’enregistrement. « Oh French! » Elle pensait que j’étais Norvégien ou Néerlandais vu mon intonation…

Et je vous dis, des fois, la vie de roadtripeur à moto est difficile…

20287076_10214167641484260_3511878628122651204_o.jpgMais vraiment…

Trève de plaisanterie, on file ensuite en tenue de bal (soit short, tee-shirt, casquette et reflex) pour visiter la capitale Moldave.

Ca ira assez vite car hormis

Ces quelques monuments (les noms apparaissent en cliquant dessus), ben c’est assez triste. Le tour est très vite fait. Alors aussi, je ne suis pas resté trop longtemps car j’ai bien barboté à la piscine, mais l’essentiel a été vu.
Un peu déçu par l’Arc de Triomphe en face du gouvernement, je le pensais plus grand ^^ Et chose commune avec le français, c’est la présence du drapeau moldave à l’intérieur.

Je me restaure dans un bouiboui à l’ambiance super sympa et avec un plat bien costaud histoire de bien pioncer. Car le lendemain, l’étape est longue!

Un suppo, et au lit!

Prochain arrêt : Bucarest en Roumanie est à venir!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s