ES16 : Bucarest (RO) – Negotin (SRB)

29 juillet 2017 : Bucarest (RO) – Negotin (SRB)
541km
« Des monts de midi »

RB 29-07-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

DCIM100DRIFTIl est 7h00, Bucky s’éveille…

Et je n’ai pas sommeil. Impossible de fermer l’œil de la nuit, je sens la journée tel Marcel, Sembat.

Cependant, quitter le calme du Parc me fait un pique au cœur. Pour ne pas rester sur le carreau, je me gave comme un sale au petit-déjeuner et décarre au plus vite.
Je n’ai pas envie de me taper le bordel sur la Piaţa Charles-de-Gaulle et sur celle de l’Arc de Triomphe. cf. article précédent, bande de moules.

Ben au final… ça a été comme sur des roulettes. Ou des rails… enfin pas trop le tram stp.

DCIM100DRIFTSe faire taxer par un tram… c’te loose.

En 20 minutes, plein d’essence compris, je suis hors de Bucarest. Les grandes artères ne sont pas bouchées (bon taux de cholestérol) et directement je tombe sur l’autoroute A1 en direction de Pitești,.
Bon vous savez, hein, l’autoroute, c’est barbant, rasoir et loin d’être au poil.
Enfin, il y en a un qui va finir à poil car un motard a perdu son chargement. Calecifs, tee-shirts, chaussettes en plein milieu de la chaussée. Et là, tu te dis que tu es content d’avoir des valises.
Certes détruites et sanglées, mais au moins, ça tient.

Ahem.

Direction ensuite Râmnicu-Vâlcea via la DN7.
La route est splendide et se permet même de tournicoter de façon bien sympa.
Sauf qu’en Roumanie, il ne faut pas oublier, les DN (Drumul Naţional) sont plébiscitées par les routiers. La faute à un réseau autoroutier très embryonnaire.
C’est comme l’an passé en Hongrie.

DCIM100DRIFTSalut copain transalpin!

Ouais, ce qualificatif lui sied à merveille, tout comme à ce merveilleux article que vous vous délectez à lire.
Oui?
Non?
Bref…

Allez, je passe outre les camions qui roulent à 20km/h, par la suite arrêtés par la Police pour justement trop se traîner… et on arrive cahin-caha à Râmnicu-Vâlcea.
Je passe outre sur l’état des chantiers pour refaire la route, avec des épandages de graviers qui feraient jouir de plaisir notre chère DDE… forcément sur les plus jolies parties de cette DN7. Cet axe est un des principaux en Roumanie car il relie Bucarest à Timisoara.

Un sacré souvenir me revient car j’étais passé par ici l’an passé quand j’avais enchaîné la TransAlpina et la Transfăgărașan. Quelle aventure ça avait été tiens.
Cette fois, au lieu de prendre en direction Curtea de Argeș, je tire encore sur la DN7 pour rejoindre le Parcul Naţional Cozia. Admirez plutôt avant que nous ne bifurquions (furquions) sur la DN7a.

C’est moche hein ce pays. Des gorges, des barrages, des bases de loisirs, non vraiment, c’est juste immonde.

Et encore plus quand on bifurque (furque) sur la DN7A.
Aparté.
L’an passé, un GTRiste m’avait filé une carte sur l’état des routes en Roumanie. La DN7A était notée en rouge, soit… un état lamentable.
J’adore faire des routes pourries.
Ben… franchement, ça a dû être refait car c’est nickel, et ne parlons pas encore des paysages, comme en dessous avec le Lac Bradisor sur la Lotru.
Il faut toujours passer par Lotru, ça fait des souvenirs…

Et quel effet ça fait sur votre serviteur?

IMG_20170729_115747_483Okilékon…ten!

Non vraiment, les Carpates, c’est laid, n’y allez surtout pas!

_IMG4665Non, vraiment, c’est immonde la Roumanie. 

Puis les gens ne sont pas sympas, ils ne te laissent pas passer, voyez ci-après. Puis il y a tout un tas d’estancots, souvent tenus par des momes, pour vendre du miel, des grigris, des grougrous, des drapeaux… c’est vraiment une caractéristique bien propre à tous ces pays.

Bon, des fois, il manque encore des morceaux de route. Ça me rappelle, encore l’anecdote de l’an passé sur la TransAlpina.

Et que dire du Lac Vidra que vous voyez au-dessus? Là aussi, c’est magique, splendide, sauvage, nature, authentique (vous en voulez d’autres des adjectifs ou vous avez votre compte?). Je me pose comme un gland pour faire une photo avec le trépied, sous les yeux amusés de l’assistance.

Arrivé à Obârşia Lotrului, finalement, je change mes plans. Je veux me refaire la TransAlpina.
L’an passé, regardez (encore une fois) ce magnifique article, vous comprendrez pourquoi.

Les autres, suivez le guide.

_IMG4679Elle t’en Ranca(n) ça l’arrange la TransAlpina.

DCIM101DRIFTEt le baquestaj.

Avec ce temps splendide, on va pouvoir voir les paysages.
Et, je pense, que le mot biffle (oui mesdames) n’est pas usurpé.
J’avais été fort déçu l’an passé, cette année, je suis fort pas déçu.

Trêve de plaisanteries, regardez combien c’est laid et combien c’est chiant.

Ça mérite une pose de loveur (ou de voleur, anagramme), non?

_IMG4691nbLeslie : « Le poids des mots, je le sens bien. »

Autant l’an passé, j’avais eu droit au brouillard (je suis sympa pour les ceuss qui n’ont pas cliqué sur le lien), autant cette année, j’ai droit à une bonne caillante (8°C) et surtout un vent à décorner les cocus.
J’ai froid aux mains car j’ai mes gants d’été, je n’ai pas fermé mes aérations de veste et de pantalon, je remets même les poignées chauffantes (!), mais putain quel pied cette DN67c!
Chaque arrêt photo a été un véritable sport, la lutte entre les éléments, la machine (Leslie : « Machine t’emmerde! ») et de cadrer correctement.
Au final, je ne regrette pas de refaire cette route.

C’est clairement LA plus belle route de Roumanie. C’est en excellent état, les paysages sont un mélange du Ventoux sur le sommet et de Galibier en bas, le tout couplé avec la station de ski de Rânca, je suis aux anges.
Avec du recul, j’aurais pu me refaire la Transfăgărășan, mais là, en terme de kilomètres, j’allais tout atomiser.
Quoi qu’il en soit, la Drift toune en TimeLapse et je m’en mets à 100% dans les mirettes. Les épingles passent comme papa dans maman, tout est au beau fixe (de Lugdunum).
Que dire des jeux d’ombres avec les nuages qui lèchent les sommets?

La vue après le Pasul Urdele (dommage, pas de panneau qui le mentionne…) sur la plaine en redescendant sur Novaci… maman, j’en ai encore des frissons rien que d’y penser. C’est comme le Ventoux!

A Novaci, je revois l’intersection de l’an passé qui m’avait ensuite ramené sur Râmnicu-Vâlcea.
D’ailleurs, ce sera le lieu pour refaire le plein et se remettre de toutes ces émotions. J’ai un cœur de pierre (de l’âge de Pierre, rrrRRRR!) mais là, c’est vraiment beaucoup d’encaissé!

_IMG4701Non, pas de GPL ni de mazout, bien que le GTR soit un tracteur!

Je prends la direction de Târgu-Jiu, toujours en suivant la DN67c. On attaque la plaine avec ses champs, ses animaux, ses églises encore au milieu de nulle part et ses routes bien tristement droites.
Fin de la récréation, on va de nouveau bien carrétiser le pneu pour le foutre sur la 107 en rentrant.

_IMG4708« La revedere » montagnes roumaines!

Et qui dit routes droites neuves, dit…

_IMG4709Comme quoi, il n’y pas qu’en France qu’il y a du boulot de sagouins…

Târgu-Jiu, nous y voici.
Il n’y a rien de bien transcendant à voir, sauf deux panneaux qui attirent mon attention sur la photo du dessous (agrandissez là et vous comprendrez).

_IMG4711Non, ce  n’est pas la présence d’un Carrefour ni de tout ce merdier de câbles!

Et au final, je n’aurai trouvé ni l’un ni l’autre. Déception.

Passé Târgu-Jiu, j’emprunte (en CDD) la DN67 et la section entre Câlnic et Motru est de nouveau très sympathique. Histoire de ne pas carréfier à 110% les pneus…

Peu après Malovăţ, à Răscolești, je vois au loin des usines. La vue est totalement surréaliste car autour, il n’y a rien du tout.
Elle est splendide mais tout aussi triste car ces industries (une centrale?) ont été laissées à l’abandon.

Quand on longe ces usines, la nature a repris son droit et sa place.
Tout a été phagocyté et l’humain y a totalement délaissé.
Ça prouve que nous sommes bien peu et que la Nature est bien plus forte sur le long terme.
Cette usine devait être sacrément bien gardée par à la vue des tours de miradors, je pense que tu t’approchais de trop, tu te faisais transformer en passoire gratis.

_IMG4721Vous connaissez l’histoire de *pan* le pneu?

On arrive sur Drobeta-Turnu Severin et la DN56a nous amène sur les bords du Danube. A nouveau, je retrouve mon copain le vent et le fleuve est totalement démonté. De telles vagues, je n’avais jamais vu ça.
Quelles vues encore mes aïeux (c’est le même cri que j’ai poussé quand j’ai pris une branche dans la tronche).

Ce qui est top, c’est que de l’autre côté de la rive, c’est la Serbie! Je ne suis plus loin de l’arrivée après 520km et 9h de route. Là, je commence à en avoir plein le luc, et il me reste encore la frontière à passer. Puis chose de bien, une fois en Serbie, je repasse au fuseau horaire habituel.

Mais cette journée n’est pas totalement finie… Loin de là…
Prêt pour de la lecture?
Parce que là, je vais encore me faire remarquer.
C’était trop beau pour que tout se passe bien hein? 😀
Avouez?

Je rejoins le poste frontière de Portile de Fier 2 (oui 2, pourquoi, je n’en sais rien).
Chose amusante, le poste est sur le fleuve sur un barrage.
Pourquoi pas 😀
J’arrive, personne.
Rien.
On va tenter l’autre guichet.
Finalement, quelqu’un arrive pendant que je fais demi-tour. C’était l’heure de la pause, désolé.
Ah.
Bon.
Preuve que ce passage est vachement emprunté…
Check des papiers, deux minutes, c’est torché.

Côté Serbe…
Bon ok, j’ai merdé, je ne me suis pas arrêté là où il fallait.
Le douanier arrive et m’engueule…

Et c’est parti pour l’interrogatoire, fouille complète (j’ai dû dessangler cette fois…), demande sur chaque cadeau ce qu’il y a dedans, ouverture de la tablette, consultation de l’appareil photo, demande des factures d’achat (pardon?) de tout (ben oui, je me trimballe une remorque avec tous mes papiers…) et airbag interdit. Il faut que je l’enlève à cause de la cartouche d’air.

Ensuite interrogatoire sur ce que je fais, nom de mes employeurs et tout… oh, même en Ukraine je n’ai pas eu droit à ça.

J’ouvre le top-case et prends ma bouteille d’eau. « Don’t take it. » Heu, je peux boire quand même, il fait 37°C, je sue dans mon équipement et ai la gorge sèche? « No. Until I say yes. Otherwise, jail. » Finalement, je n’ai jamais pu boire.
« Technical Inspection? Where? » Quel contrôle technique? On n’a pas ça en France. « You lie. All countries have one. » Pas en France.
J’ai dû aller sur LégiFrance, traduire en anglais la loi devant lui, pour prouver qu’il n’y a pas de CT en France.  Ça a duré 1/4 d’heure. Il essaie de m’avoir à l’usure, mais un Auvergnat-Bugiste, c’est solide, merde.

Voyant que je ne me démonte pas, il lâche l’affaire. Il file dans sa cahute, tamponne le passeport, me balance les papiers à la gueule et me dit de dégager.
Quelle entrée en fanfare en Serbie.

8km plus loin, j’arrive à Negotin.
Je trouve tant bien que mal mon hôtel et finalement on m’annonce qu’il y a eu un dégât des eaux (décidément…) et que je vais être relogé en centre-ville.
Comme un air de déjà vu…
Décidément, cette journée, c’est pire qu’une chanson d’Imagination.

Je suis relogé dans un dortoir chez l’habitant et mon hôte sera juste exceptionnel.
La moto est parquée dans son garage et il me propose skif pour la maintenance.
Il me propose ensuite une partie de tennis dans son terrain privatif. Vendu! (ouais, moi, le sportif de comptoir)
On va boire une bière ensemble dans un bouiboui en centre-ville, avec petit concert de musique locale.
Ce qu’il y a de top, c’est qu’il assure l’interprète car personne ne parle anglais.
Sauf… un client… m’entendant parler pendant que j’étais au téléphone et me dit « Vous êtes français?!?! ».
Heu oui. Le mec est d’Île-de-France et est en vacances dans sa famille. Il assurera encore plus facilement la traduction!

Et quand je parle de bière…

IMG_20170729_195803_786N’oublions pas de goûter aux breuvages locaux. En taille kubiak svp.

Au final, sur ma note, je ne paie ni le pain, ni les bières. C’est cadeau!

Quelle entrée en matière en Serbie les amis.
Quelle générosité, quel passage de frontière, quelles routes, quelles villes, quels paysages… ouais, c’est vraiment un énorme flashback qui me passe devant les yeux quand j’éteins les lampions. Je souris.

Prochain arrêt : Novi Pazar en Serbie est à venir!

6 réflexions sur “ES16 : Bucarest (RO) – Negotin (SRB)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s