ES2 : Tour des Alpes, Jour 1

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Bettant – Sainte-Marie-de-Cuines
550km

Nous sommes partis avec armes et bagages mercredi matin à 5h de Bettant. Mon père va faire sa première grande sortie avec la K1200GT et est à la fois anxieux et ultra-motivé. Et oui car nous avons plus de 500km dans cette journée à taper. Nous allons direction Culoz via la D1504. Rouler de nuit est assez bizarre mais avec les feux xenon de la BMW (mon père ouvrait la route), c’est assez rassurant. On n’avait qu’une heure à rouler de nuit car à 6h, le jour pointait son nez.

Arrivés à Culoz, direction Annecy. Là on commence à ouvrir un peu plus, les deux motos se comportent très bien malgré les 5°C. Les pneus sont bien chaud et les angles se font un peu plus prononcés. Premier col, celui des Aravis. Avant cela, pause caouah à La Clusaz. Mon père me chambre un peu en me faisant tater les poignées chauffantes de la béhème… je pense que j’y ferai monter dès que possible sur la Versys 😆 Début de la montée du Col des Aravis, nickel tip top. Petit moment de frayeur avec des vaches juste sur le rebord de la route mais on est presque à la fin de la grimpette.

Descente ensuite pour attaquer le Col des Saisies. Montée tranquillou. Arrivé au col, un mec vient nous taper la causette et remarque que je suis immatriculé 78. Un voisin de Montigny! Le monde est vraiment petit! Clic clac, une petite photo souvenir de la montée et zou on repart direction le Cormet de Roselend via Beaufort. Je suis toujours aussi épaté de la beauté de ce coin.

Pas un chat sur la route, on continue notre montée jusque là haut. Je craignais pour Kawette ces altitudes, il n’en est rien. Elle se comporte toujours aussi bien! Et plus on avance, plus mon père prend confiance en la Karlita. Il faut les emmener les 300kg de la bestiole. Je suis bluffé par l’efficacité, même si de temps en temps, papa est obligé de se démener un peu.

Direction ensuite le Lac de Tignes et le Col de l’Iseran. Il est déjà 11h quand on arrive au Lac de Tignes. La montée du Col de l’Iseran se fait à bon rythme, tout en faisant attention aux (nombreux) cyclistes. Arrivés au Col, on regarde la température : 7,5°C. Gloups! Par contre au moment de remonter sur la moto, je craque mon pantalon 😥 Heureusement que j’avais prévu un jean! Bon bah la suite de l’aventure se fera en jean. Et hop changement de futal en haut du col, ce qui a fait bien rire les badauds et mon père.

Il commence à se faire faim. On se cale dans une pizzeria et faisons un petit check de la route à faire. On en est à 320km de la balade du jour à 13h. On est pas trop mal sur l’horaire. Maintenant prochaine étape, le Télégraphe. On l’a grimpé la plupart du temps derrière des camping-cars. Ca nous a permis de profiter du paysage. Ce n’est pas une montée dont je raffole car pratiquement toutes les épingles se ressemblent. Au sommet, on poireaute un peu pour faire notre photo, le temps que deux neuneus en vélo finissent de se bécoter devant le panneau et prennent 36.000 photos. :fulmine:

Nous enchaînons sur la montée du Galibier. A Valloire, un Italien en R1200R nous plante littéralement manquant de nous faire tomber couplé à un Belge nous frolant limite et nous insultant. Hé, on n’y est pour rien mec! Passé ces encombres, on grimpe, on se fait prendre en photo pendant qu’on roule par les mecs du site griffephotos.com et enfin on y est au sommet. J’adore ces paysages lunaires ainsi que la vue sur le glacier de la Meije.

Descente sur le Lautaret, nouvelles photos et pause café.

Puis nous nous dirigeons direction le Col de la Croix-de-Fer. Là un illuminé en Skoda Fabia double tout ce qu’il peut dans les virages, dans les tunnels… manquant de s’emplâtrer dans un X5! Et il râle encore l’effronté en plus! :cdmalades: Là je me demande : mais où sont les bleus? (ne pas faire de sujet pop corn je vous prie) :fulmine: :fulmine: :fulmine: Après cet épisode, nous ralentissons un peu la cadence car la fatigue se fait sentir. Mais par rapport aux paysages, c’est un mal pour un grand bien!

Puis nous nous dirigeons vers l’Etap’Hôtel de Sainte-Marie-de-Cuines pour le repos des guerriers. En arrivant, on voit que la météo ne sera pas très belle pour le lendemain. On avisera demain, là nous sommes HS et le dodo est obligatoire!

Fin de la 1ère journée!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s