ES10 : Algeciras (E) – Fès (MA)

27 juillet 2019 : Algeciras (E) – Fès (MA)
330km
« Continent, l’achat gagnant »

27 juillet

Salaam alekoum cher visiteur venu de la planète Internet!

Où on en était… ah oui, je suis planté à Algéciras en attente d’aller en Afrique.
Comme dit précédemment, donc il est minuit. Je suis en train de revenir de Gibraltar et je cherche, désespérément, l’entrée du port international.
Sur ce coup-là, TomTom n’a pas été d’une grande aide, je switche sur Google Maps avec le téléphone.

Après avoir passé moult contrôles et indications, me v’la dans la file d’attente pour embarquer.

Et là, déjà, je sens que je suis dans un autre monde car je suis, à mon avis, le seul Européen au milieu des bledards. Grand moment de solitude à 1h00 du matin, et encore plus quand tu te rends compte que tu es le seul motard dans le lot.

IMG00001

Et dire que je pense être chargé comme une mule…

On embarque dans le ferry à 2h45 du matin.
Au départ, je devais prendre celui de 4h00.
Mais comme j’ai été emporté par la foule, qui s’élance et qui balance (salauds!), ils m’ont laissé rentrer plus tôt que prévu.
De toute façon, ce n’est pas une moto qui va changer la donne en terme de place dans le barlu.

Dans le ferry, on fait toutes les démarches administratives.
Que ce soit le visa d’entrée, les papiers d’importation temporaire de la moto (ouf, pas d’assurance car carte verte reconnue), tout se fait dans le bateau.
C’est un sacré gain de temps quand on arrive au port.
L’ambiance générale est détendue, je discute avec quelques personnes plus habituées, et elles me font savoir que c’est toujours autant le merdier.
Ben franchement, je n’ai pas tant trouvé que ça. C’est encore plus efficace que la Poste de Pont-d’Ain (ouais, j’ai des griefs contre eux).
Malheureusement, j’ai tenté de dormir. Je n’ai réussi qu’une vingtaine de minutes avant d’être réveillé par le steward qui me dit qu’on vient d’arriver. Caramba, déjà???

Je pense que ça n’a pas été l’idée la plus lumineuse que j’ai eu d’arriver au Maroc à 4h heure locale. Lumineuse, je ne pense pas si bien dire.

Après les différents contrôles et autres alpaguages pour des cartes téléphones locales (perso, j’ai pris l’option de mon opérateur pour le mois), le GPS se paume des le premier rond-point. Merci TomTom…
En plus, il fait un vent à décorner les cocus, il fait nuit noire, l’état du réseau routier je ne le connais pas, la conduite locale encore moins… Vous avez un sacré cocktail détonant.

IMG00002

Ca commence très fort ce séjour au Maroc

J’ai quand même eu une once de lueur en m’arrêtant à une station-service en attendant que le soleil se lève. Et essayer de dormir encore un peu, mais pas possible. Là aussi, je remercie quand même d’avoir de la musique sur le téléphone pour passer le temps.

S’ensuit une conversation avec un taximan qui me dit que je suis totalement barré de faire le Maroc tout seul avec ma grosse baleine. 🤷🏻‍♂️
Ne m’appelle-t-on pas l’imbécile poissard?

Bref on rejoint Fnideq et longe la côte jusqu’à Tétouan. Les premières lueurs du jour laisse apparaître une Méditerranée bien plus calme que l’océan Atlantique que j’ai connu jusqu’à présent.

IMG00005

Comment ne veux-tu pas rester en pâmoison devant ça?

Par contre, le réseau routier dans les villes, qu’est-ce que ça glisse dans tous les sens…
Ça incite à la prudence. J’ai failli m’en mettre une à la sortie de M’diq de toute beauté.

IMG00006

Non, vous n’êtes pas bourrés, les poteaux sont bien courbés, comme Julien

Puis aussi, imbécile que je suis, j’ai pas un rond de la monnaie locale, juste des Eugros. Donc je fais quoi? Faire pied de grue devant une agence de change ou retirer au… Credit Agricole??? Wut?
Vous avez trouvé le choix que j’ai fait vu mon état de fatigue.

IMG00008

Et quand je suis fatigué, je vois des montagnes roses, pas des éléphants

Après Tétouan, la route commence à s’élever.

IMG00009

Et le soleil se lever

On prend la N2 en direction de Chefchaouen, le fameux village bleu.
La plupart de cette route est en travaux pour passer en 2×2 voies, mais on s’amuse bien.

IMG00011

Surtout à dépasser ces camions chargés comme des mules

Et le tout dans un décor féerique et glacial.
J’ai même dû remettre un petit peu les poignées chauffantes vu que je suis toujours en gants d’été. Un comble au Maroc :p

IMG00017

M’enfin, on ne va pas se plaindre…

Chefchaouen traversé, je confirme que tout est bleu là-bas. Trop joli vu… Que c’est ma couleur préférée 😁

En bas de Chefchaouen, on récupère la N13 jusqu’à Ouled Jaffar.
Véritablement, je me suis régalé sur cette route. Certes ce n’est pas très intéressant car c’est très souvent en ligne droite, mais les paysages sont absolument ébouriffants.

IMG00025

D’ailleurs, sur cette route, j’ai pu me confronter à la conduite un petit peu osée des locaux… Qui s’est fini avec un bisou entre un camion et une bagnole… Voilà, voilà…

Mais c’est aussi dans cette partie du Maroc que j’ai reconnu l’authenticité. Entre les gamins qui te saluent, ceux qui sont juchés sur le dos de leurs ânes pour aller chercher de l’eau ou autre, les femmes dans les champs et les hommes marchant pour aller travailler… le décor est planté.

IMG00014

Et quelques étangs aussi

Puis être pris dans un comice agricole en plein milieu de nulle part, ça n’a aucun prix.
La beauté réside aussi quand on sort des grandes nationales. Pour rejoindre Fès, il a fallu que j’emprunte une petite route.

IMG00039

M’enfin, je veux bien des petites routes aussi immondes en France

Malgré l’état pitoyable de la route, les paysages m’ont carrément assis. Scotché. Et Dieu sait que j’ai mal au cul.

IMG00040

Dégueulasse, non?

Mais trop, c’est trop. Avec seulement 20 minutes de sommeil en 30h, je décide d’aller au premier hôtel qui se pointe.

IMG00034

Par là-bas, plus que 70km…

J’arrive à Fès par le nord et je me suis demandé où je me suis trouvé.
Je pense que j’ai dû arriver par la partie « pauvre » de la ville car c’était bien crade de partout, les maisons tenaient avec la force d’Allah je pense, puis l’odeur, l’odeur… sans parler de la conduite dans le quartier.

C’est simple, tu vois le code de la route que tu as appris.
Tu te le roules en cornet et tu… voilà.
Et ben bizarrement, c’est passé comme une lettre à la poste de faire du n’importe quoi.

Mais trop, c’est trop, il commence à faire très chaud et je suis au bout du rouleau, direction… un Etap Hôtel (oui oui, j’ai été scotché en voyant ça).

Je pense que le réceptionniste a eu pitié de moi. Il m’a trouvé une chambre et m’a proposé d’aller me reposer directement.

Je.

Jusqu’à 16h, j’ai ronqué salement.
Dans l’aprem’, j’ai juste été faire les courses pour préparer le repas du midi et du soir au Carrefour local.
Le reste, ça a été farniente, contrôle de Leslie après 5,000km d’Expé, réservation des prochains hôtels, réservation du ferry de retour, et discuter aussi avec d’autres clients de l’hôtel.
Et eux aussi pensent que je suis salement barré de venir ici à cette période de l’année en moto, full équipé.

Je n’ai pas eu envie d’aller dans Fès, je pense que vous comprendrez pourquoi vu mon état de fatigue…
C’est bien dommage vous me direz, et, quelques mois après avoir vécu, je pense que cette double étape a été une connerie.

Non pas que je n’ai pas su profiter, mais j’ai joué un peu avec mes limites. Surtout que le lendemain, ça risque d’être l’étape la plus chaude de toute ma vie.
Et puis avoir raté la Medina de Fès et les souks, je le regrette aussi.

On se rattrapera la prochaine fois qu’on viendra au Maroc. Juré.

2 réflexions sur “ES10 : Algeciras (E) – Fès (MA)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s