ES18 : Novi Pazar (SRB) – Podgorica (MNE)

31 juillet 2017 : Novi Pazar (SRB) – Podgorica (MNE)
541km
« Durmitor toute! »

RB 31-07-17

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

En fait, cette étape devait bien plus courte que prévue. Je ne voulais aller qu’aller que jusqu’à Mitrovica puis tirer direct sur Podgorica.
A cause de (ou grâce à) Vincent du blog Le Motardologue, qui est parti en vadrouille dans le coin au mois de mai-juin, je décide au petit matin de rallonger le RB.
Mais quand je dis rallonger, ce n’est pas de 10km hein.
Là, je parle de 200km.
Couplé au fait que j’ai envie de me barrer au plus vite de cet hôtel miteux, ça donne une excellente excuse, pour une fois non doublée de mauvaise foi.

Puis je fais ce que je veux avec (ce qui me reste de) mes cheveux.

Et je vous emmerde.

Suis-je assez clair?

Bien.

Nonobstant (pour faire plaisir à Jean-Marie Cavada) le petit-déjeuner inexistant (un thé et un jus de fruit, vais aller loin avec ça), il est 6h55, je prends la route. Et la seule chose que j’ai envie de dire à propos de Novi Pazar, c’est

_IMG4812Bismillah!

Allez, on ne perd pas de temps pour sortir d’ici et reprendre la route 22 en direction de la frontière monténégrine.

_IMG4813Joyce? Une école ici; ça te tente? 😀

Une fois à l’intersection avec la 31, cette dernière se mettra dessus. Le paysage est magnifique le long de cette retenue d’eau.
Sans retenue, je me mets à contempler, même si le soleil en pleine gueule me fait courber l’échine.

Quelques kilomètres après, nous voici au poste-frontière.
Pour nous autres français, oui, c’est un passage de frontière car la France a reconnu le Kosovo comme état indépendant.
Pour d’autres, c’est selon.
Quoi qu’il en soit, le côté serbe est passé comme une lettre à la poste (ça change de l’entrée…). Enfin, au moins, la lettre est arrivée à destination et je peux rejoindre le poste suivant.
Côté kosovar, RAS. Juste une petite nouveauté, c’est de payer 10€ d’assurance pour la bécane, valable 15 jours. En effet, le Kosovo n’est pas encore dans le giron de la carte verte. Un peu comme en Transnistrie.
Encore une fois, c’est sans soucis niveau langue, ça se pique en gliche.

15 minutes plus tard, nous voici en territoire kosovar et on continue de longer le Lac

_IMG4822Panorama_IMG4826Liqeni i  Ujmanit.

Il y a quelque chose qui me surprend ici, c’est que les bagnoles ne sont pas plaquées.
Ni en Serbie, ni au Kosovo (comme en Transnistrie, les locaux ont leur propres plaques).
En effet, la partie dans laquelle on se trouve est à 95% serbophone et ne souhaite pas être rattaché au Kosovo.
D’ailleurs, tout au long de la route, on trouve bon nombre de drapeaux serbes.

Mitrovica est un excellent témoin de la guerre du Kosovo. Tout est en reconstruction, la ville est séparée culturellement en deux par l’Ibar.
Au nord, on retrouve la partie serbe, au sud, la partie albanophone.
Au loin, dans la partie serve, on distingue le Fort Zvecan.

Kosovska Mitrovica

Ce qu’il y a de plus surprenant, c’est de croiser des panneaux signifiant la circulation de… chars!
Wut?
Et j’en ai croisé un sur la route.
Nor-mal.

Je traverse vraiment un pays en ruine. Il y a je ne sais combien de constructions inachevées, ou sinon celles qui sont achevées, ce sont de vrais palaces.
Je ne parle pas non plus de la propreté des lieux.

DCIM102DRIFTAu moins, il y a une constance dans le manque de civisme…

La route qui m’amène jusqu’à Pristina est d’un ennui terrible. C’est droit, c’est congestionné. C’est entouré de champs en friche principalement et encore et encore de détritus…
Le seul moment « drôle », c’est le flic qui se met en plein milieu de la 2×2 voies pour arrêter un mec en (grand) excès de vitesse. Le malade! J’ai dû faire une pure manœuvre d’évitement…

_IMG4842Environs de Pristina

Nous voici enfin à la capitale Pristina. Je m’enfonce (pas un doigt dans le… hein…) dans le centre-ville et tombe sur le monument « New Born », non loin du stade municipal. Ou plutôt en ce jour « E Born ».
Là aussi, je fais face à un choc culturel car les communautés musulmanes et catholiques cohabitent dans une certaine union.
De plus, il y a un matraquage commercial énorme pour tout ce qui est Internet et télécommunications. Le pays est pauvre oui, mais tout est fait pour qu’il soit connecté.
A noter aussi que la devise du pays c’est… l’Eugros.
Et comme dans toute capitale, la circulation est difficile mais cependant, ce  n’est pas tant l’anarchie que ça. Chose drôle, ce sont les bagnoles, toutes des allemandes pratiquement… ahem.

Pristina

Je continue ma route en direction de Pejë cette fois sur la route M9 et je croise encore quelques bizarreries…

Quasiment 20 ans après le début de la guerre, la KFOR est toujours là.

DCIM102DRIFTDCIM102DRIFTBagnoles non plaquées ou plaquées aux USA… bienvenue au Kosovo 😀

Mais au loin, on aperçoit de nouveau de la montagne. Et qui dit montagne dit col!
Avant ça, il faut traverser Pejë. Et là aussi, c’est un témoin parfait de

  • la dualité des religions (entre mosquées et églises quasiment côte à côte)
  • du grand n’importe quoi de la circulation et les règles de sécurité bafouées
  • du grand chantier qu’est ce pays avec des routes en pleine reconstruction
  • du paradis de la bagnole allemande de forte puissance

Pejë

Une fois passé la ville, c’est parti pour une superbe ascension vers la frontière monténégrine. En route pour le 39ème pays connu!
C’est tout ce que j’aime. Un enchaînement d’épingles sur une route quasiment parfaite (aux déjections près) et une vue sur la plaine en toile de fond. Môman que c’est chouette!

Quelle route encore une fois!

Et j’arrive au poste-frontière kosovar… en pleine montée.
Mais tu sais, pas le petit faux-plat de merde, non non la bonne à 10% (c’est pas cher) !
Quelle idée… c’est là où tu te dis que des fois, la réflexion est poussée loin… bref…

C’est de nouveau une formalité (à force, je commence à être rôdé pour sortir les papiers etc… j’aurais dû me chronométrer une fois) et je continue la route.
Inexorablement.
Sans voir de poste-frontière.
Heu…
Ouais…
J’ai raté quelque chose on dirait, non?
Oukté?

Je finis par le trouver environ 10km plus loin avec what mille personnes devant.
Bon, ben on va discuter avec le Luxembourgeois devant avec sa Lexus et… ouh elle a bobo dis donc celle-ci vu l’état du pare-choc… Il s’est fait embrocher par un local hier soir…

Une fois les nouvelles formalités faites, collé le nouveau sticker sur les valises et salué les collègues du Grand-Duché, c’est la

_IMG4862Gifle number 1.

Le changement de décor jusqu’à Rožaje, la propreté, les paysages, ça n’a ABSOLUMENT rien à voir avec ce que j’ai vu précédemment.
Bienvenue au Monténégro! La route est un pousse au crime comme pas permis, de la montagne, des conifères à perte de vue. Pour une fois qu’un pays prend soin de son arrivée, on ne va pas se plaindre hein!

J’en profite pour faire ma pause essence à Rožaje en Eugros et direction plein Nord-Ouest pour rejoindre, sans doute, le bijou de ce pays.
La cerise sur la couronne.
Le joyau du gâteau.

Trève de divagations (vagationsvagationsvagationsvagationsvagationsvagationsvagationsvagationsvagationsvagations), admirez plutôt ce qu’on a dû subir, via Berane, le long de la Lim. Et encore, je reste poli.

DCIM103DRIFTChangement radical comparé au bordel kosovar…

_IMG4869Comme en Norvège!

_IMG4870Gifle number 2.

_IMG4875Gifle number 3.

Là, je suis tout du long la E65. On navigue en plein rêve, de la montagne, une route de folie, des gorges, des canyons, de l’ombre, du ciel bleu et absolument personne sur la route. Avons-nous atteint le Nirvana?

_IMG4876Pas encore, il reste encore 7km!

Les routes putain ici… quel panard!

Tel un réformé, on suit la P4 jusqu’au Pont de la Tara.
Le pont, long de 365 mètres, est composé de cinq arches. La chaussée se trouve à 172 mètres au-dessus de la Tara. Au moment de son inauguration, le pont était le plus grand pont en arc en béton pour véhicules d’Europe.
Je me parque (comme un cochon encore) et m’en mets encore plein les yeux. Ce canyon, mamma mia!

Et il y a des activités de tyrolienne organisées. Les grands malades…

Après avoir fait quelques emplettes, je prends la P5 cette fois en direction de Žabljak. Ca continue les fractures rétiniennes.

DCIM103DRIFTCet hôtel fait Führer par son nom….

Jusqu’à ça.

_IMG4902DCIM103DRIFTGifle number 4.

J’ai la sensation de me retrouver au Parc national de Saltfjellet-Svartisen, ce côté sauvage, plaine entourée de monts. Et cette route qui incite à l’arsouille. Quel bonheur sous ce magnifique temps. De plus, comme on est en altitude, l’air est bien plus frais et plus respirable que ce qui risque de m’attendre.
Le matin, à la télé, j’avais vu que des températures de 40°C étaient prévues à Podgorica… Oh joie!

Mais pour le moment

DCIM103DRIFTOn verra plus tard pour la Nikšićko.

Et je prends la route P14.
Là, c’est vraiment la purée finale. Le truc qui te fait refaire une carte de la France au complet (oui, la comparaison est dégueulasse, tout autant que les paysages ci-dessous), Corse comprise. On se prend une poignée de gifles sur ce tronçon certes étroit mais grandiose.

Gifles de 5 à 10, le compte est bon Arlette!

Le Bobotov Kuk domine la route et la vue au sommet du Col de Sedlo est juste magnifique. C’est exactement comme le Galibier regardé du côté de Valloire.

_IMG4916Ça mérite bien une pose de loveur.

Et on continue dans ce décor de rêve en repartant dans l’autre sens. Je retrouve la P5 et prends la R18 à Šavnik. Changement de décor de nouveau avec une route de nouveau très étroite, remplie d’éboulis et surtout, de flancs de falaise.
Pas envie de rater un virage si vous voyez ce que je veux dire…

Encore une fois, ce sont des gifles que l’on prend, sauf que l’orage se fait très menaçant. Eclairs, coups de tonnerre, le tout dans une zone boisée, je ne cache pas que l’on a pas traîné.
Sauf lors de cette rencontre totalement inattendue de ce petit gone berger qui joue en plein milieu de la route avec un restant de skate. Seul, en plein milieu de nulle part en haillons, j’ai pitié de lui. Je lui offre le paquet de gâteau qu’il me reste ainsi qu’un autocollant d’Expé. Son sourire et ses yeux ont tout dit 🙂

Après ces 45km absolument épiques, il est temps de rejoindre au plus vite Podgorica via la E65, qui devient la E80/M2.
Je ne dis rien de plus et vous laisse vous emmener avec moi jusqu’à la capitale.

_IMG4940Putain, mais ça va cesser quand d’être aussi beau comme ici au Panorama Kanjon Rijeke Moraca?

Immonde cette route M2 jusqu’à Podgorica à travers ce canyon…

Et l’arrivée sur Podgorica se fait piano, peu de trafic mais la température est juste étouffante. Là aussi, la ville est située dans une cuvette et il fait très très très lourd (CMB).

DCIM104DRIFTEntrée dans Podgorica avec la Saborni hram Hristovog Vaskresenja.

Je cherche en vain mon hôtel.
C’est très mal indiqué… au niveau des lettres.
Je cherche le 130E (ça fait de sacrés boobs à ce niveau).
130, ok, E, KO. J’ai dû demander à trois personnes où ça se situait.
C’est au fond… à gauche. Bon, ok ^^’

DCIM104DRIFTPas mécontent d’arriver, surtout par ces 39°C et ce temps lourd…

Moto posée, douche prise, il est temps de prendre du bon temps avec une mousse en terrasse.

IMG_20170731_200600_168Just chillin’.

Le réceptionniste s’essaie à parler français! C’est cool!
Je me sens mal à l’aise car je ne suis pas capable d’essayer des phrases complètes dans les langues locales.

Quelle journée encore purée. J’adore ce pays.
Vraiment.
Les 10 gifles prises m’ont scotché. Comme la sueur dans le lit quand je m’endors.

Prochain arrêt : Dubrovnik en Croatie est à venir!

 

10 réflexions sur “ES18 : Novi Pazar (SRB) – Podgorica (MNE)

  1. Hervé Nobel dit :

    Hi !
    J’avais adoré aussi le Montenegro… quoique étant resté sur la partie litorale (Kotor, Petrovac)… superbissime.
    Plein les chasses !
    Bonne idée de ballade, ton iti… pas trop loin…
    Je cherche un plan de 10 jrs en oct. 2018, pour l’instant la Sardaigne est en pôle…
    Je vois que tu as une citasse de Peter and Kay Forwood sur ce noble blog, tu connais ?
    Des extra terrestres !!
    A lire absolutely (en angliche).
    Good night !

    J'aime

    • Papy dit :

      Salut !

      Le littoral, c’est pour le prochain article, ça va te rappeler des souvenirs, je pense.

      Sympa comme plan la Sardaigne. Mais si tu peux retourner dans les Balkans, surtout à cette période de l’année, c’est mieux. Pas de touristes etc…

      Je connais juste via leur blog que j’ai dévoré. Exceptionnel ce qu’ils ont fait et une grosse dose de respect pour eux.

      @+!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s