ES25 : Merano (I) – Littau (CH)

7 août 2017 : Merano (I) – Littau (CH)
426km
« Seconds from disaster »

RB 07-08-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

_IMG5566Tiens, il fait beau?

Wééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé!!!!
Et encore j’abrège.

Enfin là, je viens de dépenser les rares forces qu’il me reste (pas la jaune et la … voilà).

Car j’ai encore passé une sale nuit…

Il n’empêche que cette pénultième étape s’annonce radieuse avec un temps à tomber par terre.

Pour me rebooster, je reste une heure sur le banc de l’hôtel à humer l’air frais et encore humide du Sud-Tyrol. 15°C, je n’avais plus connu ça depuis des lustres, c’est la température idéale pour le motardus papynem.

Je mange ce que je peux et je décolle de Merano en empruntant toujours la SS38.
J’avais déjà emprunté cette route un… 11 septembre.

Cependant, vu mon état, je me pose tout de même la question : prends-je la route pour Val Mustair ou me faire le Stelvio et… conjurer ce putain de sort?
Deux Stelvio, deux fois ça s’est mal fini.

Il me reste 40km avant l’intersection. Cependant, j’essaie de mettre ma camera en route et… rideau, elle ne veut rien savoir. Je pense que le crachin breton de la veille y est pour quelque chose.

Le long de la SS38, c’est la fête aux vergers, n’est-ce pas Michel?

_IMG5569J’y trouve un goût de pomme.
Il y en a.

La circulation est fluide à cette heure matinale, je pars confiant dans l’idée de me faire le Stelvio. J’ai un regain de forme.
A la fameuse intersection de Prato allo Stelvio, je ferme les yeux et laisse aller la moto… direction le Stelvio et ses fameuses 48 épingles.

Le sort sera conjuré!
Ou plutôt con, juré!

Merde, je ne me suis pas entraîné dans les épingles de Malix pour des prunes!
C’est Stelvio épicétou.

Nous y sommes, enfin au pied de ce géant du Giro.
J’avoue au début de la montée, j’ai un peu les foies, les chocottes, le traczir, le machin qui te fait réduire ton intestin grêle à la taille d’un balle de ping-pong tellement c’est noué.

Je laisse partir un groupe d’allemands en furie vu l’heure. Je suis un Gouda en T509 qui est à l’agonie dès les premières épingles… bon courage mec 😦

Pour ma part, tout va bien. La première a été sale, je reconnais, mais j’ai repris mes automatismes et notamment sur ces épingles en montée à droite. Leslie est toute délicate aujourd’hui, j’ai confiance! 48, 47, 46… tout va pour le mieux.

J’en profite de temps en temps pour stopper et souffler un peu et en profite pour m’en mettre plein les yeux. Car le Stelvio, ce n’est pas qu’une route, c’est aussi de sacrés paysages. Je me souviens encore il y a deux ans avec cette dualité neige-verdure, à te faire réviser tes cours de géographie sur l’adret et l’ubac.

Tout va bien.

_IMG5575Avec l’accroche (hahahaha) de l’article…bientôt sur National Geographic.

« Et là, c’est le drame » comme dirait Cléa du blog M.é.a.n.d.r.e.s.

Un peu de publicité pour les copains de temps en temps, ne fait pas de mal.

Bref, oui, c’est le drame. Même Racine n’aurait pas fait mieux.
Phèdre, à côté, c’est les Minikeums.

Épingle numéro… 16. Je la prends normalement.
Mais pas le X5 qui fonce sur moi.
Et qui touche en douceur ma roue avant.
Ma caméra est en rade. Ce fail de concours.

Chute de l’histoire : je suis par terre. Coincé sous Leslie.
Leslie aussi est couchée, avec son rétroviseur droit explosé.

Le mec en X5 se barre… inexorablement….

EN
CU

Je vous passe sous silence tout le flot d’injures qui a pu couler sous mon casque.

Sans m’aider. J’ai la jambe coincée sous Leslie (bon mémère au retour, c’est régime) et j’attends dans l’épingle.
Patiemment.
Qu’un quidam m’aide.
Mon salut viendra d’un… Gouda (encore une fois, comme en 2015). On relèvera Leslie et constatera les dégâts. C’est le tarif habituel, comme au mois de Mai pour l’EVDG de mon meilleur pote : rétro,  carénages (encore) rayés et on ajoute la valise droite (de nouveau) cassée.
Sans verglas cette fois.

Bon, une fois que j’ai bu, me suis remis sur pieds, je finis l’ascension du Stelvio. Et tout se passera à merveille. Même l’épingle 8 que je redoutais tant est passée comme une lettre à la poste.

Je m’arrête au parking de l’épingle 1 et d’abord, profite de la vue sur les épingles et des montagnes environnantes. Ce spectacle, même s’il me coûte encore, je ne m’en lasse pas. C’est magnifique, même si j’ai le soleil en pleine poire.
Puis, j’appelle la famille pour prévenir de ma mésaventure et rassurer.

C’est surtout le moment de quoi faire avec le rétro. Sans rétro droit, je ne suis pas bien.
Je me souviens que j’ai du scotch US dans les valises…

9ywdxSi Poutine approuve… Da!

This is Stelvio!

Voilà, jamais deux sans trois. C’est fait, le sort est conjuré!

Trêve de plaisanterie, j’ai encore plus de 320km à taper et il est presque 11h00.

On enchaîne ensuite sur le second col, juste à côté, tout en passant la frontière helvétique au préalable.

_IMG5588

Ce col va être parfait pour juger de l’état de Leslie suite au carton.
De plus, je ne le connais pas la route et je dois dire qu’elle est splendide.
Les paysages me laissent un peu sur ma faim au fil de la descente, mais la route est merveilleuse et remplie d’épingles.

Le résultat est sans appel (oui, vaut mieux avec les nouvelles tarifications mobiles) : Leslie est bonne (comme qui voulvoul) pour le service, on continue!

Arrivé à Santa Maria Val Mustair, je ne réfléchis pas, on continue le roadbook prévu en respectant le second principe de Papy à moto.
Vous vous en souvenez?
Oui?
Non?
Regardez ici.
Bande de lecteurs.

Direction désormais la route 28 qui m’amènera jusqu’au Liechtenstein.
Le programme qu’elle annonce est top, tout aussi top que la qualité du bitume et la largeur des routes. Ça me change de l’Italie!

Le premier col est vite atteint et est, selon moi, le moins intéressant de la journée.
Mais on ne va pas cracher dessus, ça change du périphérique de Bourg-en-Bresse ce Parc de Val Mustair.

_IMG5596Ofenpass ou Passo dal Fuorn.

Pendant les feux de travaux, on s’occupe comme on peut.

_IMG5598Simon, Benoît? Quel note pour le manouchage?

DCIM113DRIFTOn SMS en attendant. Oh wait… attends…

1234931504682

DCIM113DRIFTMais putain… elle refonctionne… bordel, tu aurais pu m’aider il y a 3 heures!!!!!!!!

Connasse…
Connasse de DRIFT.
Je te chie à la gueule.
Cordialement.

Ceci étant, ça me permet de prendre des photos pendant que je m’éclate dans la montée de Flüelapass.
Et putain, quel col là aussi! Quelle route à déposer le cerveau encore.

Le tout encore dans des paysages immondes.

_IMG5601C’est laid… j’en gerbe des mêmes couleurs.

Panorama_IMG5604Flüelapass et la Schottensee.

J’ai le moral en dedans à cause de l’autre troud’bal, mais ça ne m’empêche pas de m’éclater comme un petit fou et de me remplir de souvenir ainsi qu’un sourire à faire pâlir de jalousie le Joker.

La descente est aussi ignoble que la montée. Ils sont vraiment chiants ces Bourbines.

Je refuel la moto et ma pomme en Fanta (il n’y a que ça qui passe de nouveau, CMBDTC) et je prends la direction de Vaduz.

Tunnels, petits patelins charmants seront au programme de cette liaison depuis Flüelapass.

DCIM113DRIFTConcerto en broooooooooooooooooo majeur.

La Suisse, ses lacs, ses villes propres, ses bagnoles de malade et ses prix à te faciliter le travail de ton gastro-entérologue.

DCIM113DRIFTAprès les Pyramides à Gizeh, les pyramides aiguisées!

Sauf que mon GPS ne veut absolument pas me faire passer par Balzers pour rentrer au Liechtenstein, je me retrouve quasiment à Saint-Gall… ça me rallonge de près de 20km.

Connards…
Connards d’Asus et de Sygic.
Je vous chie à la gueule.
Cordialement.

Bref, après avoir traversé le Rhin et d’éviter d’en faire le tour, je grimpe en direction du château qui est la résidence du prince de ce Monaco où… tiens il fait beau aujourd’hui.

Ober am jungen Rhein
Lehnet sich Liechtenstein.

La vue depuis la colline est superbe là aussi, au moins le prince peut voir chacun de ses 30,000 sujets 😀

Vaduz, il n’y a pas bien grand chose à voir de plus hormis si vous êtes banquier.

Ou une curiosité comme celle du dessous pendant que je répondais aux SMS (oui, le Liechtenstein est compris dans ma data européenne mais pas la Suisse avec Bouygues Telecom… va comprendre Charles).

_IMG5640Ou comment cumuler les emmerdes de la moto et de la bagnole en même temps ^^ »

On revient dans le canton de la peste, le canton de Saint-Gall via la route 3 cette fois qui longe le lac de Walenstadt.

_IMG5646Ou Walensee en Suisse-Allemand.

Plus on va vers l’ouest et plus on domine ce lac avec les traditionnels chalets suisses qui ajoutent  un charme indéfinissable à l’endroit et sa voie ferrée.
Qu’un trajet en train ici doit être grandiose 🙂

Puis nous quittons le canton de Saint-Gall pour rejoindre celui de Glaris, célèbre pour ses assemblées populaires, les Landsgemeinde.

_IMG5648Bienvenue à Glaris!

Glaris est en soi une jolie petite ville aussi avec son parc très boisé non loin de l’hôtel de ville ainsi que sa fontaine en pierre en plein milieu. C’est d’ailleurs un point commun à beaucoup de bourgades suisses ces fontaines!

Puis nous suivons la route 17 en direction de Klausenpass à travers ces vallées.
C’est sans doute, pour l’instant, le plus beau col que j’ai eu à passer de l’Expé.

Des cascades, des vaches en liberté comme au Col d’Aspin, une route splendide là aussi dans la montée comme dans la descente.
Non pardon, c’est dégueulasse au possible. Vraiment.

N’y allez pas, ça ne vaut pas le coup. Et ça me laisse la voie libre.

Les jeux d’ombres et de lumières au jour commençant à tomber me donne envie de pousser la chansonnette dans le casque.
Sauf que je crois que certaines ne sont pas de cet avis.

_IMG5657Tout ça ne l’émeuh même pas.

Au pied du col, je rejoins la route 2 qui amène jusqu’à Lucerne en longeant le Lac des 4 Cantons.
Je dois dire que là aussi, modulo la circulation, c’est de nouveau un éclatement de rétine en permanence, sans oublier que les températures ont bien augmenté. Encore une journée passée à plus de 30°C!

_IMG5666_IMG5664Lac des 4 cantons.

Et enfin, nous voici à Lucerne. Surprise, les feux entre les transports en commun et les bagnoles ne sont pas synchronisés, amenant à des situations plus que cocasses.
Je vois au loin le Kapellbrücke mais n’ai pas de temps de sortir le reflex… encore à cause de ces feux 😦

J’arrive enfin à Littau à mon gîte de nouveau à bout de forces.
Mais… bonne nouvelle, j’ai faim. Un peu.

Avant ça, mon hôte vient me trouver et me salue chaleureusement.
Vraiment, ça fait chaud au cœur car il est aux petits soins avec moi, voyant que je ne suis pas au top. Un accueil comme ça, ça te booste totalement.

Tu veux rire?

Il parle français avec ce savoureux accent allemand et cette lenteur caractéristique suisse. Ce n’est pas du tout de la moquerie, c’est vraiment touchant de voir l’effort fait pour parler la langue de Molière.

Tu veux rire de nouveau?

J’ai du mal à arquer les mots en français après avoir passé un mois à parler en anglais.

3g7ia5

Je vais juste manger au restaurant du coin une salade et boire une bière.
Une pauvre salade et une pauvre bière de 25cL…

Pour 30.-CHF.

Soit 26€.

La serveuse a beau être super sympa et, accessoirement, aussi mignonne que sa sympathie, mais quand même, mon gastro-entérologue se frotte (ahem) les mains.

Putain, il est loin le temps où je bâffrais pour 5€ avec bien plus.
Willkommen in der Schweizerischen Eidgenossenschaft!

Pour finir sur une bonne note la journée.
Je regarde la météo.
Demain, c’est l’hallali.
Ouhlàlà.
J’ai 600 bornes à me taper avec 6 cols.

Va-t-on déroger au second principe de Papy à moto?

Prochain arrêt : Pont-d’Ain en France… putain la maison quoi… est à venir 😥

8 réflexions sur “ES25 : Merano (I) – Littau (CH)

  1. Cléa Cassia dit :

    Michel Verger… ha ha ha ha ha ha (et ça continue).

    Merci pour la pub 😉

    Pour l’accident je ne comprends vraiment pas comment on ne peut pas s’arrêter dans cette situation. Faut vraiment être un gros connard (ou trouillard) pour partir en sachant que t’as percuté quelqu’un. C’est fou comme au volant peu de monde assume les conséquences de ses actes (bon dans la vie en général, EN FAIT).
    [ah et bravo McGyver pour le scotch dans les valises ;)]
    Mais je suis quand même heureuse de lire que tu as continué l’étape le cœur vaillant et au final tu as eu un super programme. La montagne et le ciel bleu c’est un vrai régal !

    J'aime

    • Papy dit :

      Elle est assez passable j’avoue celle-ci XD

      You’re welcome, c’est mérité !

      On est rentré dans une société où l’individualisme et surtout le nombrilisme et le manque de couilles priment.
      Donc ce qui se passe sur la route n’est qu’un reflet de ce qui se passe de nos jours et plus rien ne m’étonne.

      Je suis juste un gros cabochard et je ne regrette pas d’avoir continué.
      Pour le côté McGyver, le rétro a été pris en sandwich entre le scotch et la carrosserie xD
      *badumtssss*

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s