ES5 : Mollans-sur-Ouvèze – Pont-d’Ain

6 septembre 2018 : Mollans-sur-Ouvèze – Pont-d’Ain
486km
« Hé pluie! Plus rien… »

05-09-2018

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

C’est la dernière journée de cette Expé, mais je pense que bien que le texte sera court, vous allez en avoir pour votre pognon.

Quoi, le site est gratuit? Ah merde…
Donc autant vous dire que ce sera mauvais et maussade.

Comme le temps qui s’annonce quand on ouvre les écoutilles. Gris, humide, frais, on check la météo et ça ne s’annonce pas brillant.

Normal s’il fait gris…

tenor

Une belle intervention.

Bref, on prend le petit dej’ et dans le genre truc royal, je crois qu’on ne peut pas faire mieux. Tout est fait maison. On se remplit la panse comme des sales avec Marine, en discutant avec les tenanciers et les clients… belges. Et selon eux, j’ai l’accent belge…

Oufti.

8h45, nous décollons en direction des Baronnies. Un coin bien méconnu de notre belle France que celui-ci et qui mérite plus d’attention.

Enfin, quand il ne grêle pas ou qu’il ne pleuve pas comme aujourd’hui…

20180906_091718A

You’re the sunshine of my life!

On passe Buis-les-Baronnies derrière plein de mous et on attaque la route en direction du Col de Perty. La route est déserte, les paysages sont arides, et les mairies sont des anciennes églises comme ici à Toulon-sur-Ouvèze.

IMG_20180906_085017

Comme dirait Axel, je la refais : une maiglise.

Cette fois-ci, nous n’avons pas droit à la grêle… comme avec Joyce, ça change! Mais le ciel est toujours aussi bas, toujours aussi menaçant, toujours aussi « on va se la prendre dans pas longtemps sur le museau ».

IMG_20180906_090705

Mais le panorama vu du Col est (enfin) toujours aussi chouette.

Ah ben ça va mieux avec des photos! Bref, on attaque la descente du col et vu combien la météo se gâte et qu’en plus Marine est prise d’urgence pressante (oui car le surlendemain, elle file au pays des lamas et du pancho), je décide de changer drastiquement le roadbook. On tire au plus vite.

On rejoint la Nationale 85 aux alentours de Serres et cette portion ne sert à rien car c’est droit, plat et inintéressant.

Arrivés à Aspres-sur-Buëch, on file en direction de Die. « Hé dis, c’est mieux déjà la route » me dit Marine dans le Scala!

Enfin mieux, oui et non, oui et non comme dirait l’autre belge avec sa casquette et ses lunettes (si vous avez le nom, merci d’y dire dans les commentaires), car c’est bien trempe par terre et le Col de Cabré, nous le ferons sans…

Cabrer.

giphy

Oui, préparez les tomates…

_IMG6336

Comme on dit à Toulouse, sans cabrer, elle.

A peine on descend de ce col, que d’un commun accord avec nous-même, on se décide à stopper et de passer les vêtements de pluie.

Vous savez, en moto, le grand moment glamour et de solitude…

Ben cette fois, on n’y échappera pas. C’est à notre tour de mettre la grenouillère pour Marine et moi de mettre les inserts étanches à même la route.

Ouais, à poil presque…

20180906_104418A

Ceci signe le Claps de fin de l’Expé…

« Tout le monde ne comprendra pas… sauf les locaux, ça va de soi. » (à chanter sur du Brassens).

On avance comme on peut car la pluie devient vraiment très très intense. A tel point qu’arrivés à la station Intermarché de Die, Marine décide de tirer au plus court pour rentrer chez elle.

Un grand merci à toi d’avoir proposé ce grand viron et d’avoir partagé tous ces kilomètres ensemble et tous ces beaux paysages!
Pour deux associables, la cohabitation s’est bien passée! Depuis le temps que l’on en causait et que l’on avait tout planifié, on a été gâtés.
Sauf ce jeudi, mais une Expé sans flotte, ce n’est pas une Expé :p

Bref, et moi, que fais-je? Vous connaissez mon côté entêté (surtout que je ne suis pas un saint), et quand je dis que je fais un roadbook, je le fais au complet.

Bon, sauf à Barcelona, mais ça, c’est parce qu’il pleuvait.

Merde, aujourd’hui aussi. Non, on va suivre le second principe de Papy à moto.
Explications ici.

Quand vous êtes à Die, bouh, où va-t-on pour se dégourdir les roues? Lâcher les chevaux?

Enfin quand il ne fait pas humide comme aujourd’hui?

_IMG6339.JPG

Bawé, le Col de Rousset pardi.

C’est parti pour les 14km d’ascension de ce col réputé pour être un défouloir. Clairement, j’ai les 14km pour moi là, donc on va tester le comportement des Bridgestone T31.

Un mot me vient à l’esprit : bluffant.

Vraiment, même sans aller aux limites du pneu, pas une fois j’ai senti la moindre glissouille ni comportement à la mors-moi le nœud, aussi bon que les PR4GT que j’ai eu pendant plus de 50,000km. Un bon point!

_IMG6342

Là aussi, un bon point de vue.

_IMG6346

Et encore un autre depuis le sommet du Rousset.

Ah c’est moins glamour que par grand ciel bleu, mais au moins, je suis tranquille. Juste un groupe de motards aussi frappés que moi (ou alors, ils n’avaient pas le choix) qui arrive quand je décolle.

Puis vous connaissez la tradition dans le Tunnel de Rousset… avec le Scorpion déchicané…

giphy1

Voilà, en version mec, barbu et moins princesse.

J’en profite pour appeler une connaissance qui est de passage sur Lyon histoire de s’en jeter un petit. RDV en fin d’aprem’, parfait!

On va rallonger le roadbook :p

Oui même s’il pleut. Je suis un ouf guédin pélo!

Direction d’abord le Mémorial de la Résistance en Vercors à Vassieux-en-Vercors pour se souvenir de ceux qui ont combattu pour notre liberté.

_IMG6358

Fermé, œuf corse.

Après avoir passé le Col de la Chau et celui de la Machine, ben tant qu’à faire, on va à Combe-Laval! Bon, bien entendu, on ne verra pas la combe vu l’amas de nuages, mais on a suffisamment de temps pour shooter sur la route des balcons!

_IMG6361

Leslie : « Pour une fois, mouille-toi un peu… »

Toujours personne sur la route en arrivant à Saint-Jean-en-Royans, et je me plante de route. Je me retrouve sur la route de Léoncel pour rejoindre le Col de la Bataille au lieu de prendre celle de Saint-Martin-le-Colonel.

J’ai ptet bien fait de me planter de route car vu ce qui m’attend au sommet de la Bataille…

_IMG6365

Ouais, là-bas, il y a la route que je devais prendre…

_IMG6366

On a finalement bien fait!

Je vous épargne encore le vent qu’il soufflait ici… deux fois que je fais la Bataille, deux fois que je perds au niveau météo. La troisième sera la bonne!

Ou pas.

Demi-tour de nouveau sur Léoncel et deux choix s’offrent à moi.

Col de Tourniol ou Col des Limouches (z’ont été chiantes d’ailleurs cette année Limouches)?

Sachant que le second, je l’ai déjà fait, et que le premier est inédit mais la route est fermée…

J’ai fait quoi à votre avis?

_IMG6374.JPG

Quand on est con… (à chanter encore sur du Brassens)

_IMG6375

La vue est sympa…

… mais pas la route. Etroite, dans le brouillard, puis la pluie puis arrivé à Barbières, ben la route est barrée.

Oh

Merde…

Travaux.

Ça explique pourquoi sur le GPS la route était marquée barrée…

Et faut faire demi-tour.

1466050918935

Les gens du chantier sont sympas, ils me dégagent le passage pour que je puisse passer. Ils devaient se demander d’où je venais… ben du Col de Tourniol tout simplement.

Après m’être sorti d’ici, la route est moins intéressante, on quitte les Alpes pour rejoindre la plaine du Rhône.
C’est vraiment avec beaucoup de plaine que je vais finir ce roadbook, mais il fait meilleur!

Sur les conseils d’un camarade d’Instagram du cru, je virevolte parmi les collines entre Romans-sur-Isère et Vienne et trouve même des cols au nom bien sympa!

_IMG6377

Prochain deal : la teindre en bleu…

J’hésite même d’aller à Hauterives pour visiter le Palais Idéal du Facteur Cheval, mais vu la météo et le temps qu’il me reste avant d’arriver à Lyon, ça fera short.

Donc, on se met du Trénet dans le Scala et on va traîner sur…

_IMG6380

Nationale Seeeeeeeeeept!

Et de goûter aux spécialités locales.

IMG_20180906_153659

Un très bon cru le BK de Saint-Rambert-d’Albon! Surtout à 15h30!

Bon là, vraiment, la Nationale 7 jusqu’à Vienne, il n’y a rien à dire.
C’est bien, c’est beau, c’est moche.

Mais je me dis, putain, je n’ai pas encore eu ma dose de virages, je vais me faire un rapide Pilat avant de prendre la flo…

Oh bordel, à peine arrivé avant Échalas que je vois au loin ce qui tombe sur Givors.

Allez, on enquille l’autoroute du Soleil jusqu’à Lyon.
Quelle ironie…

Et bien entendu, j’arrive à 16h40, c’est le début du bordel.
Parce que j’ai donné RDV Place Bellecour à la pote. Donc en plein centre-ville de Lyon.

_IMG6382

Encore un choix de légende de fait…

Là, elle arrive. A peine on se cale en terrasse que ça tombe violent. Oui, de quoi ne rien voir à 3m de soi.

« T’es motivé à rentrer??? » qu’elle me fait.
Je n’ai pas bien le choix ^^ »

On attend l’accalmie et je m’extirpe comme je peux de là.
J’ai deux GPS sur la moto, j’arrive à me planter et ne pas savoir récupérer l’autoroute.
Donc je me tape toute la Part-Dieu et tout Villeurbanne à l’heure de pointe, sous la pluie.

#MarrelFacts

Avouez que ça avait manqué.

Bref, une fois sur l’A42, c’est schnell jusqu’à la casbah (en me retrouvant sur la réserve quand je passe la dernière station-service de l’autoroute évidemment) et à 20h05…

IMG_20180906_200647

Voilà, c’est fini.

Quelle Expé encore! 5 jours de folie, 5 jours de virolos, 5 jours de rigolades, 5 jours de pétages de mirettes que je vous ai contés comme j’ai pu!
Encore merci Marine d’en avoir été et à très très vite!

Prochain arrêt : Expé Belgique 2018!

 

 

3 réflexions sur “ES5 : Mollans-sur-Ouvèze – Pont-d’Ain

  1. Patrice GEORGES dit :

    Bravo pour ce beaux trip. Ça c’est du motard! La pluie? Quelle pluie?
    Je viens de monter des BT31GT sur ma PAN 1300 après une 50 ‘taine de milliers de km en
    PR4GT. Conduite et ressenti complètement différent. Je n’ai pas encore roulé sur le mouillé. Tu me rassure.
    Merci pour le CR et les chouettes photos.

    J'aime

    • Papy dit :

      Merci bien!
      Juste skif pour que ça pénètre dans la veste. Ah non, même pas, la Ixon est top!
      J’avoue que les premiers kilomètres ont été déroutants avec le T31. Quand on a ses repères de pneu depuis les calendes grecques, c’est normal. Mais après coup, en terme de longévité, ils sont un cran en-dessous des Michelin. Je viens de finir mon pneu arrière en 5,600km… Michelin je fais 7,000km. Bon faut dire que je suis un peu énervé en montagne 😁

      J'aime

      • KawaNwââr dit :

        Correction : un p(n)eu énervé… 🙂

        J’comprends pas. Vous faites le bonheur des manufacturiers quand même…
        Je viens de passer les 10 mille avec des SportSmart II et je vais seulement arriver au témoin alors que j’me dis régulièrement que je dois me calmer dans les virolos; ça commence à me coûter en jeans troués au genoux…
        ‘fin, ‘faut dire aussi que c’est pas la même écurie que Leslie, sous la poignée.

        Et merci pour les photos ! ‘Y a encore des découvertes pour moi !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s