ES2 : Mérignac – Castro-Urdiales (E)

19 juillet 2019 : Mérignac – Castro-Urdiales (E)
527km
« E Viva … Euskal Herri »

19 juillet

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

J’ai passé une nuit excellente. J’ai enfin dormi après 2 jours sans avoir fermé l’œil.
En même temps, il était nécessaire, tu ne trouves pas?
Sinon, je pense que je pouvais aller à une Zombie Walk sans besoin de quelconque préparation…

Je prends le petit déjeuner en compagnie de Loup et de son copain. Bien entendu, vous vous doutez de quoi on discute. Le point compté, le macramé, le tricot… Vous avez compris.

Je décolle à 9h20 de Bordeaux. Direction tout d’abord le bassin d’Arcachon dont on me bassine (haha) et plus précisément la dune du Pilat.
Non, ce n’est pas vers Saint-Étienne.

Il faut d’abord s’occuper du trafic bordelais, puis de la horde de shadoks à la recherche de sable fin afin de se faire dorer la pilule.
En ce qui concerne le sable fin, je pense qu’avec la dune du Pilat, j’ai trouvé mon compte… J’y voyais pas si grand et pas si caché par les arbres.
Quoi qu’il en soit, j’y suis aux pieds de ce géant de sable.

IMG00001_1

Ça donne une idée du bouzin 

Je ne te cache pas que la simple idée de grimper dessus ne m’a pas l’ombre d’un doute effleuré l’esprit. C’est chiant le sable, même avec des bottes étanches.

Ensuite, on attaque la partie la plus (in)intéressante du roadbook pas préparé en mode YOLO.
C’est la traversée des Landes.
Oui tu sais, la partie de France qui est droite et plate (PCMC), c’est encore digne d’une contrepètrie belge.

IMG00006

On a tout résumé en une photo, c’est beau

La route est bordée de pinèdes, il n’y a que le lac de Biscarrosse qui amène un regain d’intérêt.
Vu l’odeur qui se dégage du parking, c’est plus le lac de Pissecarrosse qu’autre chose…

IMG00009

Pissez pas d’dans les mecs hein, ça sent déjà bien assez.

Une fois le ventre de Leslie rempli, j’enquille environ 100 km d’autoroute pour rejoindre Bayonne. Entre la peste et le choléra, des fois, il faut savoir abréger les souffrances.

J’ai enfin découvert ce qu’était Le (cher) Petit Bayonne, et le centre-ville de Bayonne en lui-même.
Vraiment, c’est ce que je m’imaginais : les maisons à colombages et ces petites rues pavées qui regorgent de commerces de produits locaux. Agur, agur!
On va juste éviter d’être pris pour un jambon quand il s’agit d’en acheter ici.

IMG00020_1

Dans notre cher Petit Bayonne il est une pena

Après quelques kilomètres (disons…3?), on attaque Biarritz et c’est radicalement tout l’opposé.
Autant Bayonne a un côté plus… Ouvrier, chaleureux, Biarritz c’est prout prout, froid et bétonné. Cet avis n’engage que moi 😂
Mais la vue depuis le phare… Fait que c’est un match nul entre Aguilera et l’Aviron.
Renvoi au 22 et pénalité en faveur des locaux.

Je ne prends pas l’autoroute pour rejoindre l’Espagne.
Je décide de passer par toutes les petites villes de la côte basque, même si se taper des feux tous les 50 mètres, c’est vraiment pénible.
Véritablement, je suis toujours aussi enchanté de l’architecture des maisons du coin. Et c’est beau bien que les shadoks sus-nommés précédemment soient toujours de la partie…

Enfin en Espagne ! Enfin… plutôt le Pays Basque que l’Espagne, les panneaux sont principalement écrits en basque.
Dites-y pas que ce sont des Espagnols ici, c’est un coup à se faire plastiquer la moto XD

Sur les conseils de locaux, je prends la Route de la Guadalupe. 9-7-1 represent, ma gueule, la force de la Caraibe! Ou pas.

Sérieusement, il y a un grand air de Tourist Trophy sur cette route, moins les cottages.
Qui plus est, il n’y a personne ici, le paradis ❤

IMG00028

Petit bateau =D

Je parle du TT surtout quand on attaque la partie en dehors de la forêt et qu’on a l’océan en toile de fond, on se croirait sur la Mountain Road.

IMG00029

Non?

On redescend tout doucettement sur San Sebastian, puis on attaque la montée du Mont Igeldo et son parc d’attractions.
J’ai déjà assez assez chaud comme ça (merci les marchands de churros et autres burgers),  merci aussi de grimper des escaliers pour profiter de la vue.
De toute façon, balek, ici, je ne suis pas à une défilé de mode.
La gifle prise à la vue de la baie de San Sebastian me réchauffe encore plus.
Quelle eau claire! On continue d’être dans la Caraibe ou bien?

IMG00044

#Mochkomtou

Mais, #marrelfacts, la route est coupée à mi-distance.

tenor

Donc demi-tour à la case départ et ne touchez pas 20,000 pesetas!

On m’a aussi conseillé un bout de la N-634 qui s’appelle la Corniche, entre Zarautz et Zumaia. Comme vers Cannes?
Deuxième gifle! La brise marine rajoute le soufflé supplémentaire, c’est chou tout plein ici. Et quel bonheur de longer le Golfe.

De nouveau de l’autoroute, puis je rejoins Guernica.
Là, j’ai été très très très très (on peut largement en rajouter 10 de très histoire de tirer icelui) déçu.
Absolument rien par rapport à l’attaque dans les années 30, ni même quelconque hommage ni informations du tableau de Picasso…
Comme me dira mon collègue espagnol Pablo plus tard, l’Espagne a honte de son héritage. Dommage.

IMG00048_1

Pour la peine, on continue de longer le littoral

Mais ceci est rattrapé par la visite du Gastelugatxe.
Ce nom ne vous dit rien, mais c’est un des lieux de tournage de Game of Thrones.

IMG00055

Le p’tit truc en bas là…

IMG00060

Mieux maintenant?

Je reconnais y avoir juste laissé mes poumons, putain que ça monte !

On m’avait certifié que la côte était plus clémente en météo.
Mes couilles en sucre, je sue comme un sale!

Entre la Dune du Pilat, le Mont Igeldo et le Gastelugatxe, parquer la moto en pente pour aller voir la masure… putain… j’ai fait mon sport pour 10 piges là.

Une putain de pause essence et une putain de pause glace plus tard (faut bien penser à tout le monde), je redescends sur Bilbao. Et dans tous les sens du terme car on descend véritablement dans une cuvette sur la ville basque.
Là aussi, j’ai fait au plus vite. Direction le splendide musée Guggenheim pour admirer l’architecture, mais vu l’heure, pas possib’ de visiter… Comme d’habitude.

IMG00070

Amateurs d’art moderne, cadeau

IMG00065.jpg

Sur les bords du Nervion, voilà pourquoi Bilbao est surnommée « Le Creux »

Il est plus de 19h, je commence à en avoir ma claque.
Je cherche sur Gogole le premier camping qui se pointe, et ça a été une excellente pioche.

IMG00071

Admets quand même que comme vue, on a vu pire…

 

 

IMG00074

Effectivement, en faisant un 180° sur soi, c’est pire comme vue

Nous sommes entre Santander et Bilbao, et les tenanciers se mettent en 4.
Ils sont même gênés en me proposant qu’un seul plat pour ce soir vu que j’arrive tard.
En même temps, je me pointe il est presque 20h00, voilà quoi.
Ceci dit pour l’Espagne, étonnant que ce soit déjà caroublaga. Bref.

Pas grave, poulet et pommes de terre le tout accompagné d’une bière, vous faites un heureux. Camping, plat très consistant et bière, moins de 25€. Qui dit mieux?

Mieux.

Comme dit dans le premier épisode, je ne sais pas où je serai demain.
A vous de décider et de deviner où nous allons échouer.
Et si nous allons échouer dans notre quête.

2 réflexions sur “ES2 : Mérignac – Castro-Urdiales (E)

  1. CookALife byMaeva dit :

    Je plussoie, j’aime beaucoup Biarritz car c’est joli mais c’est un peu le Deauville de l’Aquitaine je trouve, mes grand-parents étaient à Saint Jean de Luz (enfin Ciboure pour être exacte), c’est encore différent 🙂

    Jolie vue depuis le camping en effet. Et 20h en Espagne (du moins en Catalogne), c’est à peine l’heure de l’apéro mais bon, il y a peut-être des exceptions dans certaines régions ou dans le nord… 25€ pour le camping et le repas (et la vue) ? Bien joué 🙂

    J'aime

    • Papy dit :

      Ta remarque est plus que pertinente et je suis d’accord sur la similtude avec Deauville. Avec certes moins de Parisiens :p
      Je crois être passé par Ciboure il me semble, il faut que je regarde de nouveau mon tracé.

      Clairement, j’ai été choqué en voyant qu’à 20h00 ils avaient déjà bouffé XD Je pense que dans le Nord, ça doit être différent de la Costa del Sol, de la Costa Brava ou de l’Andalousie. Mais bon, ça m’a largement suffi pour la soirée ^^

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s