ES23 : Korenica (HR) – Bled (SLO)

5 août 2017 : Korenica (HR) – Bled (SLO)
446km
« Je suis vert… »

RB 05-08-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Bon, je confirme, j’en tiens vraiment une bonne.
Après avoir squizzé le petit-déjeuner de la veille, v’la t’y pas… que je me réveille bien plus tard que d’habitude.

Ouais.

6h15.

J’ai fait une grasse matinée.
Et ai dormi 10h en tout.
Ya maldon.

J’ai une grosse journée qui m’attend et surtout ne pas faire attendre Zoran à Bakarac, non loin de Rijeka. Et je suis toujours autant au radar.
Seul éclaircie au tableau, la gaulthérie a bien atténué les crampes de la veille.

Résultat, en 35 minutes, j’ai pris la douche, tout rangé, tout nettoyé et tout mis dans Leslie (putain c’est sale dit ainsi).

J’essaie de manger et ça ne veut pas.
Allez, on décolle. Je remercie encore énormément les tenants du gîte, ils ont été aux petits soins et c’est remarquable.

Une fois le plein de Leslie fait (à près de 460km tout de même :O ), je prends la route 25 pour redescendre sur la côte.
C’est de nouveau un choix gagnant car cette route n’est pas très empruntée et virevolte entre les monts. Juste à Gospić où je trouve un peu de monde, mais c’est la seule grosse bourgade du coin.

_IMG5472On ne se croit pas en plein mois d’août. Ah si? Quand même?

C’est de la moyenne montagne qui s’offre à nous et j’ai ce sentiment étrange d’être épié, suivi en permanence.

DCIM109DRIFTJe te suivrai, où tu iras j’irai…

Et après un tunnel, c’est le retour de la gifle de manouche.
Voyez plutôt ci-dessous.

C’est une honte cette descente sur Karlobag.

Voilà ce que j’ai dû me fader jusqu’à la côte. Non, vraiment, je ne prends pas de temps pour regarder.
A mon sens, un escargot (encore lui!) m’aurait dépassé tellement j’étais au-delà des limitations de vitesse.

Au loin, on distingue les îles croates, pour la plupart laissées sauvages et inhabitées. ET C’EST TANT MIEUX!!! Du sable, de la rocaille, c’est vierge de toute végétation, ça détonne véritablement dans cet environnement turquoise de l’Adriatique.

La descente me rappelle la vue que j’avais il y a deux ans au sommet du Vratnik.

C’est pareil, quand tu longes de nouveau la Jadranska magistrala, je ferme les yeux car je suis lassé. Quelle horreur…

Puis l’avantage qu’il n’y ait pas tant de monde, on peut hausser le rythme car la route se prête bien à se faire plaisir niveau angle entre Karlobag et Senj. Ce sont 60km de véritable bonheur qui se sont offerts à nous sans traverser le moindre bled (haha, placé).
J’en profite pour déposer un groupe de motards alsaciens et du Territoire de Belfort qui était à un rythme pianissimo.

Et puis je trouve que ça ressemble un peu à la Corse du Sud. La proximité de la montagne, la végétation un brin sauvage, des récents conflits armés, les routes, les chèvres… ouais. Il y a de ça.

Puis ça redevient le bazar. Ça va, Senj, je ne suis plus trop loin de mon point de RDV.
Normal, c’est un coin à touristes, rempli de plages… askip, la section entre Rijeka et Senj est la pire de la route 8.
Mais tout ceci est excellemment bien géré par la police croate pour faire la circulation. Ceci dit, je suis content de remonter la route plutôt que la descendre vu le monde!

Puis j’arrive enfin à Bakarac.
Zoran me fait des grands signes au loin, nous y sommes!
Et quoi de mieux que…

_IMG5495On va en boire un.

Avec Zoran (il vit à Maribor et est en vacances ici), on a régulièrement communiqué ensemble sur l’un des groupes de possesseurs de GTR.
Et voilà, c’est fait pour l’IRL!

Pendant près de deux heures, on va discuter de moto principalement, partager des souvenirs de chacun.
A l’ombre surtout.
Elle est la bienvenue car il fait de nouveau plus de 35°C!
Depuis que je suis descendu des lacs, ça tabasse sec à nouveau.
Pitié que les 3 jours dans les Alpes, il fasse plus frais…

De plus, Zoran en profite pour me concocter un roadbook alternatif aux petits oignons pour la partie Slovénie.
Au départ, je voulais passer par la capitale Ljubljana. Vu mon état, je pense que le moins de ville je fais, le mieux je me porte.

Enfin, il me propose de faire quelques kilomètres ensemble jusqu’au poste-frontière croate. Il a une astuce pour éviter le monde.
Allez, c’est vendu!

DCIM109DRIFT_IMG5496Les vaisseaux amiraux prêts à s’envoler 😀

Quel ride encore!

Ainsi, on contournera Bakar (première ville yougoslave à bénéficier de l’électricité et a le plus vieux lampadaire électrique au monde!) et Rijeka par l’autoroute puis on prendra quelques petites routes jusqu’à Rupa.
Zoran me montre ce que j’ai évité et en effet, j’ai dû gagner facilement une heure.

Hvala Zoran, glad to have met you!
A beer is waiting for you in France 😀

Bon, j’ai quand même mis près de 20 minutes vu le monde pour passer la frontière croato-slovène.
Avec des bikers estoniens, on a discuté en attendant.
Comme d’habitude, c’est une formalité en 10 secondes de chaque côté, c’est traversé.
Avec ça, on est de retour dans l’espace Schengen!

Ah la Slovénie. C’est un pays que je retrouve avec bonheur.
J’avais adoré le Parc National du Triglav en 2015.

Je retrouve surtout avec grand plaisir ce pays vert de partout, calme et d’une propreté inouïe.
J’ai l’impression de rouler en Suisse. C’est collineux, ça twiste de nouveau, c’est génial.
Mention spéciale pour la petite route 404 qui ne fut pas une erreur à prendre :p

DCIM109DRIFTDCIM110DRIFTLa Verte Slovénie. Même en été quand ça tabasse; ça ne vire jamais au jaune.

A Postojna, on m’a conseillé de voir des grottes mais c’est plein comme un œuf et je me sens de moins en moins bien. Fait chier, je vais avancer pour arriver au plus vite au gîte du soir car ça devient vraiment rude.

Je file ensuite sur Predjama via la jolie route 913 pour voir son château troglodyte.
Oui, un château cette fois. Ça change des bicoques vues au printemps non loin de Saumur.

Château de Predjama logé dans une grotte. Normal qu’on y serve de la Laško.

Couplé à ne pas me sentir bien, j’ai désormais de plus en plus mal aux cervicales. J’avoue que le Caberg Tourmax est super pratique, mais qu’il est lourd.
Je ne regrette pas d’avoir pris mon modulable pour cette Expé, mais là, c’est vraiment de trop.

DCIM110DRIFTEt quand c’est trop, c’est Tropico kuku.

Je m’arrête à cette station pendant une heure. La seule chose qui passe actuellement, c’est du Fanta Orange. Même la flotte me donne envie de gerber…

Je regarde le GPS, plus que 110km avant d’arriver au Bled. Hamdullilah!

Ces 110 derniers kilomètres vont m’achever de tomber amoureux de ce pays. La route est encore fantastique jusqu’au col de Bohinj.
On prend de l’altitude, les épingles reviennent, il y a des routes à 16% de dénivelé…
Ça y est, on rattaque la montagne telle que je l’aime.

Idrija et son église perchée.

_IMG5502Les enfants! J’ai trouvé le dahu!

_IMG5504Stop, on arrête tout et on admire.

J’y trouve un goût de Suisse.

J’attaque la descente du col et… voyant rouge au tableau de bord.
Réserve.
Hé merde…
Et j’ai bien les boules, car j’aurais aimé mettre un peu de rythme pour me tenir éveillé…

Bohinjska Bistrica est tout en travaux et je fais trois fois le tour de la bourgade pour trouver la route du Lac.

DCIM110DRIFTÇa se sent que je suis à bout… et que je bous.

Après m’être battu avec un Hollandais qui se traînait, j’arrive en bordure du lac. Et clairement, il me rappelle celui de Nantua par sa configuration et son côté sauvage.
Sans la vogue sur le parking attenant (les gens de l’Ain comprendront).

_IMG5507_IMG5511Lac de Bohinj.

Dommage que je sois en réserve, j’aurais bien aimé en faire le tour… et puis ça ne s’améliore pas ma santé.

Demi-tour, on trace sur Bled.

DCIM110DRIFTGenre un 1400GTR? Excellent choix! XD

DCIM110DRIFTBohinjska Bistrica.

Le plein fait (après 422km encore), on prend la route la plus directe via les gorges par la route 209. Il fait un peu plus frais à l’ombre et c’est tant mieux.
Autre chose que j’ai A-DO-RÉ en Slovénie: toutes les rivières croisées étaient d’une couleur… vert bouteille! Ca tranche avec le turquoise bouffé depuis des jours!

Arrivé à Bled, surprise sur prise…

DCIM111DRIFTÇa ne m’avait pas manqué…

Je remonte comme je peux et longe le lac de Bled.
Dommage que je ne puisse m’arrêter prendre des photos…
Je file au plus vite au gîte et me poser.

L’hospitalité des slovènes est toujours aussi top.
Avec le gérant, on discute pendant une heure et il me file un coup de main pour monter les valises.

Rapides courses, écriture et gaulthérie seront mes copains du soir.
Plus que 3 jours à tenir.

DCIM111DRIFTAu revoir…
*La Marseillaise en fond sonore*

Prochain arrêt : Merano en Italie est à venir!

2 réflexions sur “ES23 : Korenica (HR) – Bled (SLO)

  1. Hervé Nobel dit :

    Je ne dirai qu’un mot : magnifico !

    Et un autre concernant le rade à Pont d’Ain : ça s’appelait le relais de la gare, mais + communément : »chez Denis ».
    Last stop before le Cerdon… avant que les choses sérieuses ne commencent, quoi…
    J’étais routier et je descendais toutes les semaines en Italie.. (+ Balkans, Grèce de temps en temps).
    Voili-voilou… une époque en or massif !

    Bonne bou… continuation, pardon, de ce voyage admirable à tous points de vue.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s