ES26 : Littau (CH) – Pont-d’Ain (FR)

8 août 2017 : Littau (CH) – Pont-d’Ain (FR)
593km
« Voilàààààà… c’est fini. »

RB 08-08-2017.JPG

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Alors à la base, cette étape, un couple d’amis devait me rejoindre.
Mais un malheureux concours de circonstances fit que ce ne se fit pas.
Et honnêtement, vous avez bien fait de ne pas me suivre car…

Allez, je le dis de suite.

Ça a été une bou-che-rie.

Souviens-toi, à la fin de l’article précédent, on m’avait annoncé que la météo allait être terrible.

_IMG5667Ah bon?

Une météo comme ça, j’en rêveux et en reveux.

Bref, réveil à … vous connaissez l’heure par cœur bande de moules.
Sauf que ce matin, le rangement, c’est mode

3fd08591

Je te range… enfin si le mot est approprié… ça comme un connard, ce soir, c’est la casbah qui m’attend.

Après ça, c’est le petit-déjeuner et mon hôte a sorti l’artillerie lourde.
Ouais, là, on parle carrément du Schwerer Gustav.
Röstis, pain, Birchermüesli (putain que c’est bon ça), confitures, jus d’orange… le tout maison. Mais il y en a pour combien là? Ah que pour moi??? Oh les malades…

Je quitte donc le B&B Haus im Löchli et c’est définitivement une adresse que je recommande du côté de Lucerne. Allez-y!

8h00, je fais face à un souci, je ne peux plus remettre mes gants étanches, la doublure a tourné dans tous les sens.
Bon, ce sera les gants d’été avec des gants de chirurgien en dessous pour étanchéifier. Rappelez-vous de cette solution, ça dépanne grave!

Je traverse Lucerne puis prends le Lac des 4 Cantons via l’autre rive.

_IMG5670Bon, le soleil n’aura pas duré…

J’avoue que la partie occidentale du lac est moins impressionnante que par laquelle je suis arrivé hier. Le temps se gâte aussi un tantinet, ce qui joue aussi dans l’appréciation.

Nous sommes sur la route 4 en direction Meiringen et il ne se passe pas grand chose. Il n’y a que le Col de Brunig qui mérite un peu d’intérêt et cette vue ci-dessous.

_IMG5676N’y allez pas!

Puis on longe Sarnersee et Lungernersee sauf qu’il n’y a rien pour s’arrêter pour photographier de façon safe. Dommage, les points de vue sont superbe en aplomb des deux lacs!

_IMG5685DCIM100DRIFTOn continue dans les horreurs?

Arrivé à Meiringen, je me reprends une crise intestinale doublé d’un mal de cou sans nom.
Pause à une station-service pour faire le plein de la moto et le vide du bonhomme et je réfléchis.

Disons 5 secondes.

Et si je prenais la vignette pour les autoroutes suisses?

Parce que vu comment ça se gâte et combien je suis gâté, je réfléchis sérieusement à aller contre le second principe de Papy à moto.
Ie. pour les retardataires et les paresseux au fond de la salle, de faire un RB en entier tel que prévu.

Je zieute mon GPS et je me dis que je ne me ferai que Grimselpass pour rejoindre le Valais et on trace au plus vite direction la maison.

C’est sage.

Et puis, bizarrement, par le grand truchement des événements, je fous quoi sur la route 11 en direction de… Sustenpass?

Bon ouais, j’ai décidé de ne pas déroger au second principe.
Bien que le ciel se fasse de plus en plus menaçant, la chaussée humide par endroits, je me régale à envoyer du diot dans cette montée, jusqu’à me prendre une arsouille avec une Porsche 718 locale.

DCIM100DRIFTCaméra morte et une bestiole en plus… j’ai gagné le gros lot de changer en rentrant!

Et après ça, nous voici à dame.

On joue à pile ou face?

DCIM100DRIFTPile…

sdrOu face? 😀

Oh le joli tunnel qui se présente… on s’en fout, c’est la dernière étape, je fais rupter Leslie en 1 et presque en 2 dedans…

Sauf qu’à la sortie…

DCIM100DRIFTPutain… ça ne m’avait pas manqué!

Voilà, ça repleut de plus belle! La descente de Sustenpass est faite sur les oeufs et je ne vois rien des paysages… bien dommage…

J’arrive à Wassen et plus j’avance en direction du Saint-Gotthard, et plus ça empire. Travaux sur la route 2, pluie, nuages, re-travaux, je croise aussi quelques copains motards d’odyssée.

Oui, là, on parle bien d’Odyssée, aussi humide et aussi tumultueuse.

_IMG5700Drame en 6 cols…

_IMG5704Ah ça ne s’applique pas à votre serviteur ça…

J’aperçois le panneau Oberalppass.
On se le fait?
Non, ce n’est pas raisonnable, puis vu le temps…

J’aperçois l’intersection pour la fameuse Tremola.
On se la fait?
Non, ce n’est pas raisonnable, puis vu le temps…

Qui ne s’améliore pas mais vraiment pas du tout bordel de merde…
J’ai juste eu pu voir l’hospice avant que le nuage de la seconde photo ne le recouvre.

Et qui dit nuage dit…

DCIM100DRIFTLe brouillard. What else?

Descendre le Saint-Gotthard sans rien voir à 3 mètres, à 30km/h, en warning, sur un sol détrempé et voir les épingles au dernier moment est à vous faire faire 5L d’huile de qualité premium en 30 secondes.

Une fois arrivé à Airolo, je n’ai pas trop le choix pour rejoindre le canton du Valais. C’est Neufenenpass ou Passo della Novena qui se présente face à nous.

L’ascension est interminable car les conditions sont encore pires qu’avant. Pour parfaire le tableau, la température chute encore plus, inversement proportionnel à la force du vent.
J’ai, de nouveau, une sensation de déjà vu……………………………………..

Mais dans les rares moments où ça se dégageait, c’était photos, stop pour admirer ce que l’on pouvait.
2000, 2100, 2200, 2300, 2400… putain ça s’arrête quand de grimper?

La température est de 3°C et je suis en mode radar.
J’ai encore mal au bide, encore plus mal au cou, c’en est punitif.

La vue du panneau de col me met un smile comme pas permis.

sdrAvec le sourire. Forcé. Mais le sourire niais de faire un truc bien à la con.

A mes côtés arrive un cycliste qui est dans un état aussi épouvantable que moi. On se congratule pour se redonner chacun du courage en se disant qu’on a fait le plus dur. On discute quelques minutes avant de finir tels de stalactites.

Et il n’est que midi. Je suis transi de froid, de fatigue, ce n’est pas fini.

Comme moi.

Car arrivé en bas de Nufenenpass, je vois le panneau pour Gletsch.

Gletsch, c’est le point de départ pour deux très beaux cols.

A votre avis, je fais quoi?

_IMG5729On continue dans la boucherie? Oh ouiiiiiiiii!!!!!

A tel point que je me demande pourquoi il n’y a personne sur la route.
Bizarre hein? :p
Pourquoi je suis là aussi?
Pourquoi je suis aussi maso?
Aussi con?
Aussi frappé?
Aussi amoureux du voyage moto?
Aussi ô, se bornent mes pensées, combien stupide…

Direction Furkapass d’abord avec toujours ce vent glacial qui arrive à passer entre le revêtement étanche de mon excellente veste Ixon.
Les épingles sont piégeuses, il n’y a personne, donc pas de stress à voir.
Ça glisse autant que la route car maintenant c’est de la neige fondue qui tombe.

Vous vouliez de l’épique? J’espère que vous en avez pour votre forfait de box ou de GSM!

Tous les torrents sont déchaînés depuis le belvédère de l’hôtel de la Furka. Impressionnant de voir tout ça redescendre ensuite dans la vallée.
Au loin, j’aperçois aussi le train à vapeur qui mène au glacier. Tu dois t’en mettre plein les yeux là aussi tiens, mais pas aujourd’hui!

Puis direction Grimselpass où, j’avoue, ce fut le col de trop.

Les trajectoires furent aléatoires, je sens que je deviens dangereux, mais je grimpe au sommet et trouve avec plaisir la statue de motards en ferraille.
Encore une fois, je ne verrai pas le lac au sommet, comme lors de ma première ascension de 2014.

L’objectif désormais est de rentrer.

A cela, deux solutions s’offrent à moi.
Soit tracer au plus vite par l’autoroute en contournant le Léman via Lausanne et Genève puis l’A40.
Soit aller jusqu’à Martigny puis me faire le Col de la Forclaz et celui des Montets avant de rejoindre Chamonix puis tirer sur l’A40.

J’ai encore une heure pour réfléchir à l’idée le long de la route 19.
Enfin, ça va aller vite car plus je me rapproche de Brig, plus ça tombe fort.
Et en mon for intérieur, je me dis que je serai plus en sécurité si je prends l’autoroute.

J’ai bien fait d’acheter cette foutue vignette au final.

Limite, je songe à faire un coucou à mon meilleur pote Phil à Bex.
Il me conseille de tracer vu combien ça tombe sur côté du canton de Vaud.

Après un refuel qui normalement me fera jusqu’à la maison, j’enquille…

L’autoroute.

Et oui, j’ai été sage.
Je mets vite la musique en route pour donner un côté encore plus dramatique à la traversée.
Martigny, Aigle, Montreux passés, je vois avec plaisir le Lac Léman avec du côté français des rideaux de flotte et du côté Suisse…

Il fait sec.

A Lausanne, on a même du soleil.

Vite, on se met debout sur les cale-pieds pour faire sécher tout le bastringue.

Mais que c’est long.
J’attends avec désespoir de voir la distance pour Genève.
Enfin, j’y vois.

86km.

Presque 1h00 de route vu la quantité de radar qu’il y a sur l’A1.

yeah-if-someone-could-just-kill-me-now-thatd-be-great

Juste à ce moment passe « Killing me softly » des Fugees…
Karma is a bitch.

Puis à Genève aussi, il fait bon. Il est 17h00 et… putain c’est la sortie des bureaux…
Ben cette fois, l’interfile, je me la carre profond tellement je ne suis pas prêt à en faire.
J’attends jusqu’à Saint-Julien-en-Genevois.

Et là, je t’avoue… j’ai un gros pincement au cœur au passage de la douane.

Merde, je suis de retour en France.

Après 27 jours d’aventures.

Snif.

Ptite larme dans le casque quand même.

C’est parti pour l’A40 jusqu’à Saint-Martin-du-Frêne. Je retrouve dans un sentiment mélangé de plaisir et de peine les viaducs de Bellegarde-sur-Valserine et de Nantua et les lacs de Sylans et de Nantua aussi.

_IMG5743Fin de la… non, pour une fois, ce n’est pas une punition.

Non, ce n’est pas une punition l’autoroute pour le coup car je n’en peux plus.

J’ai tout de même encore un regain d’énergie en voyant le panneau ci-dessous.

_IMG5746Papy, Nationale, Maison!

Ouiiiiiiiiiii et le Cerdon m’attend.

Je t’avoue mon coco que j’ai descendu le Cerdon comme jamais. C’était sec au sol, personne aux alentours, pas un bleu, j’ai tout lâché, histoire de terminer en beauté cette Expé.

_IMG5750Dernière pose de connard après une petite récréation tonique.

Les 10 derniers kilomètres sur la D1084 après Poncin, je les fais à un rythme très mou.
Je ne veux pas que ça se finisse.

Je gueule dans le casque « On est allés en Ukraine; on est allés en Ukraine; on en est revenus. »
Une bonne tape à Leslie en prime car elle a tenu malgré le choc de la veille. Plus tout le reste subi.

Les routes défoncées d’Albanie et d’Ukraine, les contrôles en Moldavie et en Bosnie, les passages de frontières, les gens rencontrés, avec qui j’ai discuté, échangé, les monuments vus, Rome, Sofia, Odessa, le but de notre voyage! La TransAlpina, la côte Croate… la chaleur, le froid, la pluie… tout y passe durant ces 10 derniers kilomètres.

Le sentiment d’avoir accompli, cette année encore, un truc de dingue.
Dont je suis fier.
D’avoir pu le faire, d’avoir pu vous le partager et fait vivre quand c’était possible en direct.

Mes joies, mes peines…

18h00, je suis chez mon père, je fais rupter Leslie. Je béquille, on tombe dans les bras l’un de l’autre. Et il immortalise mon arrivée par cette photo.

20690288_10214288981077674_1901002878538489480_oContent l’abruti de sa connerie!

10059km plus tard, nous sommes à Pont-d’Ain.
En bon état.
Il me file mes clefs, me dit de venir manger après avoir posé Leslie et pris une bonne douche.
On va causer de tout ça.

L’Ain est franchie, le portail s’ouvre, je parque Leslie.

Il est 18h30.
Je tombe à genoux et…

_IMG5745Tu l’as bien mérité ton bisou ma grande!

Putain.

On est allés en Ukraine.

Prochain arrêt : Ben si tu lis bien, je suis rentré à ma grotte.

Mais ne t’inquiète pas, tu n’en as pas fini avec moi…

22 réflexions sur “ES26 : Littau (CH) – Pont-d’Ain (FR)

  1. Lofoten dit :

    Salut Papy
    Merci pour ce fantastique partage, où humour, photos et textes forment une alchimie parfaite !
    J’avoue que j’attendais tes CR consultant ma boîte mel avec impatience !
    J’espère que Leslie et toi avez retrouvé la « forme », et serez bientôt prêts à nous refaire rêver.
    Voulant faire un trip le long du Danube, de la source à la Mer Noire, j’ai été refroidi par tes péripéties à la frontière Serbe. Si tu as des conseils, je suis preneur !
    A bientôt et merci encore,
    Lofoten

    J'aime

    • Papy dit :

      Hello camarade !

      Merci pour ton commentaire et tes compliments ☺️

      Avec plaisir que d’avoir partagé tout ça 😊

      Oui dans l’ensemble ça va, j’en parlerai dans la conclusion de l’après Expé.
      Pour le moment, c’est repos de la moto et du bonhomme depuis début novembre.
      2018 sera moins prolixe en voyages car beaucoup de boulot à venir encore sur la bleue car j’arrive doucement à 100,000km.
      Donc monnaie monnaie monnaie…

      Pour la frontière serbe, j’ai fait le con aussi hein.
      J’avoue ne pas avoir fait les choses en règle, c’est la punition du maître.
      Je n’ai pas forcément de conseils à donner, ça circule normalement, mais préfère, à mon sens, de faire un détour par les massifs du sud ainsi qu’un détour au Kosovo juste pour te rendre compte.
      Passé ça, file en Serbie, j’ai adoré.

      Hâte de lire ce voyage qui risque d’être fort en culture!

      @+!

      J'aime

  2. Gilles dit :

    Ben voilà j’ai tout lu….et je me suis régalé ! Bon il était quand même temps que cela se termine car tu as l’air d’avoir vraiment été au bout de tes limites. Mais que de souvenirs dans la tête et encore merci de nous avoir fait voyager au travers de tes récits ! 😎

    J'aime

    • Papy dit :

      Hello!

      Merci de ton commentaire!
      Content que ça t’ait plu!

      Oui, il était temps. Je me demande si j’aurais pu tenir une semaine de plus, honnêtement.
      Si je n’étais pas tombé malade, j’aurais pu continuer.

      Ah ça, les souvenirs, j’en ai plein ma musette 🙂

      J'aime

  3. Michel STELLA dit :

    Clap de fin sur une superbe aventure.
    Encore merci du plaisir procuré pour te lire
    Bravo à cette sacrée Leslie de t’avoir si bien secondé ( bien qu’avec une 14 il ne saurait en être autrement)

    J'aime

    • Papy dit :

      Hello!

      Merci pour ton commentaire!

      Avec plaisir que d’avoir partagé ceci et content de savoir que ça a plu !
      Oui la 14 est un excellent cheval pour affronter ces parcours, quoi qu’un peu lourde.
      Je vais avoir beaucoup de mal à m’en séparer… tant est si bien que je cherche à m’en séparer 😀

      J'aime

  4. Cléa Cassia dit :

    Waouh, 27 jours quand même ! À lire au fur et à mesure on se rend moins compte que ça s’étale autant… Une sacrée épopée ! Dommage qu’elle se termine avec les intestins en vrac, mais ça fait partie du jeu j’imagine. Il faut quand même avoir une sacrée hargne pour aller jusqu’au bout, chapeau à toi et hiverne bien en attendant les prochaines sorties 😉

    J'aime

    • Papy dit :

      C’est à la fois long et…. très court sur le moment.
      Quand tu es dans le roadtrip, tu perds toute notion temporelle. Et quand tu arrives devant chez toi, tu te dis : « Merde, déjà?!?!? »

      Un sacré périple oui et encore des souvenirs à raconter au tites n’enfants devant la cheminée pour mes vieux jours xD

      Oui, de la hargne et j’avoue du mental, quand il faut faire face aux éléments et à la santé.

      L’hibernation a bien débuté, tu as pu t’en rendre compte!

      Merci pour chacun de tes commentaires, c’est toujours un plaisir d’y lire et d’y répondre!

      Aimé par 1 personne

  5. KawaNwââr dit :

    Allez, ça fait (trop) longtemps, mais je viens de terminer la lecture de ce dernier périple en date et P… ! tu m’as encore émeuvé, tiens.
    C’est toujours aussi divertissant, dépaysant, émerveillant et j’en passe des ants… Bref, tu donnes toujours autant envie d’y être ou d’y retourner et à chaque fois, on attend la suite avec l’impatience d’une nouvelle bielle qu’attend sa première goutte d’huile.
    Et puis cette fois encore, tu es allé au bout de toi-même…
    Je ne dirai qu’une chôôse en guise de conclusion : casque bas, Captain !
    (juste que c’est dommage de ne pas t’avoir revu cette année)

    J'aime

    • Papy dit :

      Hello Etienne!

      Désolé pour le mois d’août, le timing a été super tendu avec Alex et Nico…
      J’espère que tout va bien de ton côté.

      Merci pour le commentaire!
      Content que ma nouvelle prose t’ait plu.

      J’espère qu’un jour tu pourras te permettre de faire de tels virons 🙂
      Effectivement, je suis allé vraiment au bout de moi-même et encore aujourd’hui, je paie un peu les pots cassés. Mais il y a tout l’hiver pour se refaire une santé.

      J'aime

  6. Hervé Nobel dit :

    Dans les expés de Papy, y’a Papy…
    Je me suis dit que j’allais avoir affaire à un ancient de ma géné… ben non !
    Comme quoi, faut se méfier !
    Concluse : même les jeunes peuvent faire des voyages sympa…
    Je parle des voyages en SOLO, bien sûr.
    L’essence même du voyage.

    Du coup, motivé, je vais me fader la lecture du cap Nord. Beaucoup plus commun que les Balkans et l’Ukraine, mais on est jamais à l’abri d’une bonne surprise…héhé….

    Bon vent, mec !

    J'aime

    • Papy dit :

      Rassure-toi, tu n’es pas le seul à me faire cette remarque 🙂
      c’est un leurre!

      Oh je ne suis pas le seul à faire du voyage solo de ma génération.
      Il est vrai que cela se perd, c’est bien dommage.
      Après, c’est aussi une question de caractère, de personnalité, et j’avoue que la mienne s’y prête à merveille.
      Bien que ce ne soit pas facile tout le temps, je pense que tu dois comprendre où je veux en venir 😉

      Bonne lecture du Cap Nord! Sachant que je n’ai pas fait dans l’habituel.
      Mais après tout, qu’est-ce que l’habituel?
      Vous avez 4h.

      Merci monsieur pour tous tes commentaires, je t’en suis très reconnaissant!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s