ES1 : Pont-d’Ain (F) – Gênes (I)

13 juillet 2017 : Pont-d’Ain (F) – Gênes (I)
503km
« Debout les gars, réveillez-vous! »

RB 13-07-2017.jpg

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

A chaque fois que je pars en Expé, il y a un truc qui ne me lâche jamais. Genre Médor qui me suit pour avoir sa gratouille du matin ainsi que sa pâtée afin de m’appâter. Tout du moins, la première étape.
Ouais, ce truc, c’est le traczir, les foies, les chocottes, la frousse, la peur (et son argent), les fesses qui font bravo, faire de l’huile, serrer les fesses… ce truc qui ne te fait pas dormir de la nuit et te met en mode zombie quand tu as lesdites fesses sur la selle.

Ben là, cette fois, que dalle, ballepeau, fifrelot. J’ai dormi de tout mon saoul, sûrement les bières bues la veille ont aidé. Je me lève comme une fleur à… allez, vous connaissez la chanson, à force de lire mes aventures notamment au Cap Nord. Un peu de pub ne fait pas de mal, hein?

Et pareil, le petit-déjeuner est en mode Alice.

Brefle, départ de Pont-d’Ain pour faire 700m et la première pause.

_IMG1959If you’re 555, we are 666!

Je dépose les clefs chez le paternel et fais une seconde pause essence cette fois. Je fais des pauses donc pour me poser en respectant la posologie.

_IMG1965Pause gasoil rempli de vitamines 98.

On attaque le début de ce trip par du connu, de l’archi-connu… mais connu. Direction Hauteville et les Cols de la Berche et de la Lèbe, et je redescends après sur Chindrieux et le Lac du Bourget. La différence près, c’est que je profite à mort du lever de soleil sur nos belles montagnes bugistes.

_IMG1973Moche, mais moche…

_IMG1978Très moche pour débuter le voyage, non?

_IMG1996Vraiment très moche…

Et tant que j’ai du temps, je le prends. A contempler ces paysages. Ce sont les vacances, no stress, sakawoulé, twanquille, vacances à mwen. Elle et moi, en tête à tête, comme deux amoureux célibataires.

_IMG1999Leslie : « Woh, il se calme le poète du Bar du Marché? »

Arrivé à Aix-les-Bains, je n’ai clairement pas envie de me casser le baigneur. Je tire sur l’autoroute A43 en direction de Modane. Parce que la N90 puis la D1006, c’est punitif à souhait.

FILE0678.jpg

Tels des stars hivernales, nous voici chez Simon.

Ça rejoint la déclaration d’amour faite précédemment.
Leslie : « Ta gueule… »

Chacun sa route, chacun son chemin, je passe le message à mon voisin de file que je prends la direction du Col du Mont-Cenis. Avant ça, on s’arrête prendre une commande à La Redoute (bonjour, vous avez commandé un abri de jardin vert! Gérard Bouchard).

_IMG2009

180° plus tard (et pas en 35 minutes comme pour un cake), voici le Fort Victor-Emmanuel. Il ne faut pas oublier que le duché de Savoie est réuni ou annexé à la France par le traité de Turin en 1860, en échange de l’aide apportée au roi de Sardaigne dans le projet de réunification de l’Italie.

_IMG2013

 

C’est parti pour l’ascension du Mont-Cenis après avoir passé l’Arc. La montée se fait à rythme tranquille, je  ne vais pas me faire piéger comme l’an passé avec les pneus. Là, il faut que ça tienne jusqu’au bout.
La température est fraîche et le ciel couvert, j’essuie même un banc de brouillard (avec un torchon, c’est plus pratique). Là, je me dis « Allez, ça va refaire comme l’an dernier, je vais me prendre la pluie fissa et ça ne me quittera pas. »

FILE0774.jpg

Au sommet, c’est la surprise car c’est grand ciel bleu! Je me remémore ce que m’a dit ma pote Joyce: « Avec ce que tu as pris l’an passé, ça serait bien que ça s’équilibre niveau météo! ».

_IMG2020.JPG

En effet.

_IMG2030Panorama_IMG2035_IMG2032

Quelques kilomètres plus tard après avoir passé le barrage du Mont-Cenis et remémoré quelques souvenirs (notamment du viron avec mon père il y a … PUTAIN déjà 7 ans!), l’aventure démarre vraiment au passage du panneau:

_IMG2044Fratelliiiiii d’Italiaaaaaaa

Je redescends sur Susa derrière un camping-bouse qui s’usa les freins jusqu’à sentir bien correctement la plaquette cramée. Ah ces monchus… un véritable crève-coeur quand on connait le potentiel de la SS26.
En redescendant le Mont-Cenis, il fait déjà 29°C! Ca change des 11°C au sommet du col et je sue déjà comme un cochon. Putain, si je savais la suite..

Puis rien de bien intéressant jusqu’à Turin car j’enquille de nouveau l’autobeurk, l’A32. Autoroute en Italie qui, pour ses péages, n’applique pas de double enculade enculade (au final si) auto-moto. C’est auto pour tout le monde et ne faites pas chier.

DCIM100DRIFTMême photo, même punition, même je-fais-ce-que-je-veux.

Après Turin, et non Thurins pour nos amis lyonnais, je file direction plein sud-est en direction d’Alba. Alba là, il ne se passe pas grand chose non plus car c’est de nouveau droit comme m… CMB. Voilà, le premier de l’Expé est placé (CMBDVC).

DCIM101DRIFTTout droit on a dit.

Mais on ne se lasse pas de ces magnifiques églises italiennes, surtout celles en briques. Ici, toutes les habitations sont roses, rouges, mauves, beiges… peu de fantaisie en somme, mais c’est pour des raisons pratiques de chaleur askip.

_IMG2051

Je passe non loin de l’usine de production de l’Apérol, un apéritif (non, sans blague?) plutôt amer.
Rien qu’en ayant humé l’air, je pense que j’étais positif. Puis que c’est dégueulasse comme boisson! Ils kiffent ça les italiens les alcools amers!

Vers l’Asti, les tarifs grimpent. C’est pour ça que l’Asti côte…

_IMG2056

Normal, vu la taille de certaines baraques, comme ici le château de Costigliole d’Asti… ça rapporte le négoce vin qui pétille! La Bourgogne peut se rhabiller.

_IMG2059

Sans parler de la vue depuis Fontanile sur tous ces vignobles encore.

Panorama_IMG2064

Et voyez dans quel état ça me met quand j’arrive à Acqui Terme, après de l’Asti, de l’apérol et surtout de l’eau. De l’eauuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!

FILE1217.jpgFin de l’Expé, merci, au revoir.

Meuh non, je déconne, ce n’est que le début, d’accord, d’accord. Il commence à faire chaud (tout est relatif…) et j’en profite pour me sustenter d’un Coca en terrasse après avoir visité le petit centre ville.

_IMG2095

Juste avant ça…
Ah, avouez, vous l’attendez!
Mais oui, vous savez, le fameux…

#MarrelFacts

Pour ceux qui débarquent tel les Américains à Omaha Beach, le #MarrelFacts est la marque déposée de mes moments de poisse.
Car oui, j’ai dû passer sous tellement d’échelles, eu tellement de chats noirs passés devant moi, brisé tant de miroirs (encore hier à la déchetterie, vous vous en foutez?), j’ai un poisse sans nom.
Et surtout avec mes caméras.

J’en ai déjà perdu deux, j’ai failli en perdre une troisième. Mais cette fois-ci, je l’ai retrouvée. Indestructible Drift Stealth, qui a survécu à des backflips, des chutes, des seaux d’eaux et j’en passe, elle est toujours en vie. Je récupère ma carte mémoire et ma batterie plus la caméra au milieu de la route, refixe tout ça sur le carénage et on continue la route…

Bref, Acqui Terme, connue pour ses sources d’eau chaude soufrée. Et j’ai souffert quand j’ai passé ma main sous l’eau. Forcément, à 75°C, ça piquotte un peu. Aïe.

On continue la route en empruntant la SP456 qui m’emmène jusqu’au Passo Turchino. Un selfie pour un défi d’une page Facebook plus tard, je mets les bouts sans gêne vers Gênes, mon étape du soir.

FILE1281.jpgAh ces petites rues italiennes, toujours autant de charme!
Il ne manque que du linge accroché ^^

Au passage de Campo Ligure, ci-dessous, c’est marqué que la ville est jumelée avec Corbelin, un village de l’Isère non loin de chez moi. Merde, je me sens encore à domicile!

_IMG2104

Cette chaleur me gêne, donc je file là-bas, et mon hôtel se trouve au bord de la mer.

Vous voulez des chansons de vieux, vous êtes servis. Pas pour rien qu’on me surnomme Papy!

_IMG2108

Par ailleurs, je fais la douce connaissance de la conduite génoise. Ben c’est loin d’être du gâteau car … c’est du grand n’importe quoi.
Déjà, les scooters ont pour eux leur voie… au milieu des voies « normales », même si c’est ligne continue.
L’équipement? Pouah! Un casque (attaché tout de même, enfin pas tout le temps) et roule ma poule!
Les feux? Peuh, pour quoi faire!
Oh pétard, et j’ai encore 4 jours en Italie…
Ça débaroule de partout. Hors de question de faire ça avec mon Panzer et son mètre de large! Je me rends compte que je me teutonnifie avec l’âge.

_IMG2124.JPGDes scooters de partout je vous dis!

Une fois l’hôtel atteint, la douche prise, les affaires rangées, je me prépare pour aller visiter Gênes et son centre.

Et qui dit aussi Italie, dit les fameux tripot… triporteurs Vespa 😀

_IMG2123

J’ai ma dose de bécane pour la journée, on va prendre les transports en commun, et notamment le train. Chose top, le ticket dure 100 minutes et tu peux prendre TOUS les transports en commun dans la région de Gênes avec (trains, métro, bus).
Je ne sais pas si c’est le caractère latin, mais la gestion des trains de TrenItalia et de notre bien aimée SeNeCeFe est un gros merdier. Trains annulés au dernier moment (et forcément celui que je devais prendre), retards et communication proche du vide type trou noir sont de rigueur. A la différence près, les trains sont propres et climatisés!

_IMG2126

Bref, une heure plus tard, me voici à la Gare Brignole qui me dépose au pied du métro pour rejoindre la Piazza di Ferrari.

Et là, je dois dire que Gênes va me laisser une belle impression.
Je me suis concentré principalement sur le centre-ville qui est assez confiné sur lui-même.
Confiné certes, ce n’est pas mon cas. Je suis plutôt con grossier.

J’ai été très impressionné par la Piazza di Ferrari (sans en voir une forcément) et sa grande fontaine. La place est entourée par la statue de Garibaldi, l’Opéra, le Palazzo Ducale et le Museo Academia Ligustica di Belle Arti.

Je déambule dans les petites rues aux alentours et je me retrouve vraiment dans l’ambiance italienne. Des rues étroites, sombres, taguées malheureusement et le linge étendu. C’est vraiment ça que j’adore!

Puis en continuant mes tribulations, je tombe sur la maison natale de Christophe Colomb. Car oui, même s’il bossait pour les Espagnols, il était génois à la base!
C’est d’ailleurs très étonnant car cette masure est en plein milieu d’un complexe de bâtiments mêlant architecture baroque et moderne. C’est cool en tout cas qu’ils aient préservé ce patrimoine.
Par ailleurs, je découvre aussi les restants des fortifications de la cité avec quelques tours, toutes en brique là aussi.

_IMG2170

On revient sur la Piazza di Ferrari et on file en direction de la mer pour aller voir l’aquarium de Gênes.
Avant celà, on s’attader pour admirer la Cattedrale di San Lorenzo. Là aussi, c’est surprenant car ce blanc jure totalement avec les habitations colorées de la Via San Lorenzo.

Panorama_IMG2185

Je glisse jusque devant la patinoire, d’où je profite de ce superbe coucher de soleil dessus.

Panorama_IMG2198

Quelques mètres à côté, je fais face au Galeone Neptune!

_IMG2200.JPG

Dernier spot qui m’est conseillé dans mon petit guide, la Via Garibaldi qui regorge de bons nombres de palais, dont le Palazzo Rosso et l’hôtel de ville.

Je ne ressens aucune insécurité, la présence policière est importante dans le centre-ville. Est-ce l’état d’urgence version italienne?

_IMG2182

Je file à une rotisserie en mode take away que je vous recommande : Rooster Streetfood, non loin de la Piazza di Ferrari (encore elle!). Ben ouais, en tant que bugiste-bressan d’adoption, me faut ma dose de poulet, zut!

Je reprends le train, à l’heure cette fois (et j’ai dû galoper pour y avoir), et plonge doucettement dans mes pensées de cette première journée à la vue du port de Gênes.

Une fois arrivé, je rejoins la plage de mon hôtel pour faire quelques photos, à la cool. M’enfin vu la profondeur, je ne vais pas me noyer.

_IMG2237

Leslie va se délecter de la vue sur la mer. Dodo time!

_IMG2241Leslie : « Toujours mieux que la vue sur ton linge… »

Prochain arrêt : Borgo Maggiore à Saint-Marin est à venir!

10 réflexions sur “ES1 : Pont-d’Ain (F) – Gênes (I)

  1. Cléa Cassia dit :

    Haha le camping bouse, ça me rappelle le con de touriste qui roulait à 30 à l’heure sur la corniche de Cerbère ! Un peu de nerf, que diable ! J’imagine la frustration à moto…

    Une journée bien chargée en tout cas ! La photo de vague est magnifique. Plein de belles choses !

    J'aime

    • Papy dit :

      A ce niveau, on ne parle plus de frustration mais de grand énervement. Surtout quand il fait chaud et que tu te tapes l’odeur de freins cramés… tu te demandes s’ils ne vont pas finir dans le premier ravin qui se présente.
      Elle fut chargée en effet, merci!

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s