ES12 : Galaţi (RO) – Odessa (UA)

24 juillet 2017 : Galaţi (RO) – Odessa (UA)
354km
« Terminus, Odessa du train en marche! »

RB 24-07-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Il y a des jours où tu te dis que se lever tôt, ça a du bon. Et du moins bon.
Mais là, bon, c’est du bon. Je fais des bonds à la vue de la vue au réveil.

_IMG3915Il est 5 heures, Galat’ s’éveille…

J’avoue que j’ai fait un tantinet exprès. J’ai lu ça et là que le double passage de frontière Roumanie-Moldavie-Ukraine était une véritable bitoku.

Objectif (Lune), c’est d’arriver au plus tôt au poste de frontière de Giurgiulești. Ainsi, je pourrai plus profiter de l’Ukraine. Car clairement, cette partie de la Moldavie qui fait 2km n’a absolument rien d’intéressant. Elle constitue le seul port de toute la Moldavie.

Après avoir miséré avec les sachets de thé (j’ai dû en déchirer 5 facile…), je prends le petit-déjeuner dès potron-minet. Il y a tout skif pour passer une bonne journée.

_IMG3930Leslie : « A commencer par moi! LA star! »

Je sors en vitesse de Galaţi où, décidément, il n’y a rien à voir. C’est triste à mourir tellement c’est industriel, gris, en sale état.
Je ne parle pas de la traversée des voies de tram où tu es obligé de te mettre debout sur les cale-pieds…

_IMG3932

Sur la route jusqu’au poste-frontière moldave, on est bordé par d’innombrables voies de chemin de fer. C’est plat et sans âme.

Quelques kilomètres plus tard, je me trouve devant le poste de sortie de la Roumanie.

_IMG3933

RAS, une formalité, sauf quand il me demande le permis international. Heu, en UE, pas besoin mon pote. Bref, limite le douanier était content que je dégage. Merci!

Côté moldave…. haaaaaa… c’est où ça devient drôle 😀
Je t’explique. Prépare ton thé/café/coca/gnôle, car il n’y aura pas d’images. A toi de te tarter ma prose, sinon parle à mon prose.

D’entrée, il y a what mille personnes et la file est posée en plein milieu de la voie ferrée. Bon, moi, comme d’hab, je trace pour remonter la file. Personne ne moufte, tant mieux.
A la vue de la plaque française, certains sont étonnés. « Where are your colleagues? » qu’on me dit. « I’m alone to ride 😀  » « Dangerous there, don’t go. »
Plus on me dit ça, plus ça me motive à continuer :p

Ensuite, la barrière est fermée. Les deux douanières, au physique un brin avenant, attendent et se marrent… je discute avec un couple et me dit qu’ils attendent ici depuis 1h30… en fait, elles attendent la relève à 8h00. Bien la peine que je me pointe tôt…
Il est 7h20, il fait déjà 27°C et on se fait attaquer par les moustiques.

8h00, enfin la barrière, s’ouvre et broum, je réveille les morts avec la GTR.
Hop, j’arrive devant les douanes avec les autres personnes. Les douaniers prennent tous les passeports… sauf le mien.
« Reinforced control for you. » qu’on me dit. Oh ben on n’est pas dans la merde s’il faut que je dessangle tout et que je montre tout, couteaux inclus.

Et en fait, non, même pas. Les douaniers reviennent vers moi en me demandant juste le passeport, permis international et les papiers de la baleine. Entre temps, l’attente est longue, le couple moldave avec qui je discutais avant me rejoint et nous palabrons de nos voyages.

Le douanier me rend mes papiers et me dit d’aller dans la guérite pour un dernier contrôle.
Je.
« Why are you still here? You can go! All OK! »

are_you_serious__4fedc326df355_large

Faut pas me le dire deux fois! Une petite danse de joie qui fait rire tout le monde, je salue le couple et nous voici en…

_IMG3934Et de 34! 

Sticker collé sur la valise, je file à la première station service faire le plein. C’est ici que je trouverai l’essence la moins chère de l’Expé. A 0,70€/L le 95, on en profite vite!

Le prochain poste frontière se situe à… 1,5km de là.

_IMG3935Photo traditionnelle des postes-frontières d’Europe de l’Est, des files interminables de camions.

Nouveau poste-frontière donc, côté moldave, c’est du mode

3fd08591

Rien de contrôlé, juste le coup de tampon de sortie de territoire et hardi.

Me voici côté ukrainien. Je pensais que les moldaves étaient vraiment lents et procéduriers, mais ce n’est rien à côté de l’Ukraine.
Déjà, des militaires de partout avec AK-47 pour chacun. Bon, on ne va pas refaire la danse de la joie au passage de la barrière (si je la passe).
Ensuite, quasiment aucun ne parle anglais, sauf Zebigbos et un jeune. Donc je file mes papiers, ça commence par inspection du bonhomme.
C’est le minot qui s’occupe de moi. Il sent un truc dur sur mon torse. Je lui explique que c’est la cartouche d’air pour mon airbag. Me demande d’y voir et est surpris du système. Ça ne s’enlève pas? Non non, aucun risque.
Contrôle du top-case. « No weapons? No drugs? » Nope, comment veux-tu que je me trimballe un FAMAS là-dedans?
Contrôle des valises (vois les sangles) … hmmm non, juste dis-nous ce qu’il y a dedans.

Engine serial number, please.

Hein?
What?
Chassis serial number? No, engine.
Ceux qui connaissent les GTR savent que le numéro de moteur est juste inaccessible sans devoir démonter la moitié de la moto… je leur explique où il est et que je n’ai pas les outils pour tout démonter. « Never been asked for? » Ah jamais. Autant le numéro de cadre oui, mais le moteur, non.
Zebigbos arrive et me dit que ce n’est pas le moteur mais le numéro de cadre qu’il veut. Ahhhhhhh, ben là oui! Et c’est quoi cette étiquette à côté? Plus qu’à expliquer le rétrofit des bécanes françaises…

« Follow me inside. »
Et c’est parti pour la suite. Trois bureaux, trois interviews, qui je suis, pourquoi je suis là, où je vais exactement etc…
Zebigbos revient et voit mon passeport français… et me parle en français! « Ca va faciliter, non? » Je veux mon neveu…
Après plus d’une heure, il me gratifie d’un « Welcome in Ukraine! » en me tendant mes papiers et d’une forte poignée de mains.
Dernier checkpoint passé en tendant le dernier papier à un militaire prêt à dégainer la Kalach’ et…

dav

ON EST EN UKRAINE!!!!!!!!

Et de 35! Là, ce n’est pas la danse de la joie mais le hurlement primaire qui fut de rigueur. A tel point que j’ai fini sourd.
Nous voici désormais sur la M15.

Et d’entrée, ça donne le ton.

_IMG3938DCIM102DRIFT

Oui, c’est bien une route nationale ukrainienne! On m’avait dit que la route était défoncée, je ne pensais pas que c’était aussi défoncé que… *mode censure actif*.

Bref, bon an mal an, on avance jusqu’à Reni. Une bonne pastille plus tard, je m’arrête devant la première église du coin. Dorures and co, c’est la norme. Les églises, comme en Roumanie, sont les bâtiments qui sont le plus en état des bleds traversés. Ca confirme le mot de la veille. Dans les patelins, c’est la fête du nid-de-poule, des pavés comme au Paris-Roubaix ou aux plaques de béton avec de la mousse dans les joints.

DCIM102DRIFT

La M15 me suivra une bonne partie de la journée. Comme je dis souvent, les premières minutes dans le pays ne te donnent pas forcément le ton de ce qui va arriver. Et c’est encore vérifié en Ukraine car après Reni, la route est en parfait état!

_IMG3944

Enfin, quand en plein virage, tu ne passes pas du super asphalte au néant. Je crois n’avoir jamais serré les fesses aussi fortement et aussi vite de ma vie!!!

Je rejoins la première grande ville, Izmaïl. La M15 alterne les parties excellentes aux déplorables puis excellentes, mais que c’est diablement droit! Donc, vigilance constante.
La conduite des locaux est surprenante. Dans un sens mélioratif car il n’y a pas de prises de risques inconsidérées, de dépassements audacieux comme on peut le voir sur des vidéos de dashcam. Bon par contre, on croise pas mal de ruines en termes de bagnoles. Des Kamaz, des Lada, des Luaz, des Ural en side… que du matos soviétique, prêt à affronter les rudes hivers ainsi que les trous dans la route.

Et quand je parle de trous dans la route, ça donne ça:

J’arrive à Izmaïl et l’entrée dans la cité est vraiment typique de l’idée que l’on peut s’en faire.

_IMG3951

On notera aussi l’omniprésence du bleu et du jaune, couleurs du drapeau ukrainien, absolument de partout. Là aussi, la fierté nationale ne se dément pas.
Ce qu’il y a d’amusant, c’est que la plupart de ces panneaux datent de l’URSS. Sur certains, on voit encore les emblèmes du marteau et de la faucille :p

Izmaïl est en soi très jolie en son centre. En plein milieu de l’avenue Suvorov trône un parc avec moult fontaines et, en point d’orgue, la Святопокровський собор (Svyatopokrovs’kiy sobor, cathédrale Svyatopokrovsky).

_IMG3955

Le calme émanant de l’endroit est une invitation à faire une pause et se rendre compte de où on est.

La suite de la route sera bien plus terne pour rejoindre Bilhorod-Dnistrovskyï via Tatarbounary. C’est droit, énormément de champs, de vendeurs sur le bas-côté pour des pastèques, de voitures croisées, quelques vallons et rien d’autre. On trace jusqu’à l’intersection avec la P70.

_IMG3962_IMG3971

D’ailleurs, aux stations en Ukraine, on trouve du 95 maximum, mais aussi du 92 et du… 80! Le machin rempli de plomb à te flinguer un moteur moderne…

DCIM103DRIFT

Et j’arrive sur la P70 en direction de Bilhorod-Dnistrovskyï. C’est, je pense, la pire route que j’ai eu à emprunter jusqu’à présent. La SH-75 à côté, c’est une autoroute gérée par APRR. Elle est doublée d’un chemin à côté que tout le monde emprunte. M’est avis que le chemin de terre est moins défoncé que ce-qui-reste-de-ladite-route.

Pour une fois, je vous fournis une vidéo.

DCIM103DRIFT

Pour donner une idée, je fais 5km en 15 minutes tellement c’est un champ de mines cette route! C’est juste épique. Mais où je suis, bordel? ^^ »

Arrivé à Bilhorod, je trouve une ville un peu à l’abandon avec énormément de commerces.

_IMG3975Ou comment reconvertir un petit château…

Je me laisse glisser jusqu’à la forteresse.

_IMG3981

La vue depuis la forteresse est sympa sur le Dniestr. Je me dis que cette rivière marquera une petite aventure dans quelques jours… restez connectés!
D’ailleurs, Leslie est l’objet de tous les regards plutôt bienveillants. Déjà une moto, c’est rare d’après ce qu’on m’a dit ici, une aussi grosse et d’aussi loin, c’est un événement. Bon, le souci, c’est que l’ukrainien est ma 19ème langue (au moins), donc… voilà quoi. Merci Google Trad pour le coup :p

Direction désormais Zatoka sur les bords de la Mer Noire qu’enfin je vois pour de bon! Et l’air iodé qui va avec redonne un bon boost!

La route côtière est un gros bordel, comme d’hab, avec nombre de piétons, de mecs qui se garent n’imp… la routine habituelle quoi.

Enfin moins routiniers, ce sont les mecs bourrés en plein milieu de la route!!!

DCIM103DRIFT

On continue en direction d’Odessa par la P70. Rien de bien intéressant à noter, sauf à un passage à niveau où what mille bagnoles attendent. Je remonte la file, ding ding ding, rien à l’horizon.

DCIM103DRIFT

Pas de barrières…

DCIM103DRIFT

Allez, on trace (oui, je sais, ce n’est pas bien…)

DCIM103DRIFT

Je pense que les mecs doivent encore attendre à la date d’aujourd’hui…

Et enfin, au bout de la route, je vois le panneau d’entrée de la ville.
Oui.
Nous y sommes.
Enfin, nous sommes à Odessa.
C’est le retour du cri de joie dans le casque, celui qui te rend encore plus sourd que tu ne l’es déjà.
Un an de préparation pour être là, en Ukraine, et avoir repoussé mes limites, mes peurs…
Ça mérite une pose à la con.

_IMG3985

Et le backstage de la pose.

DCIM103DRIFT

Conduire dans Odessa est plutôt aisé. On retrouve encore une fois l’architecture urbaine des villes soviétiques avec ces grandes avenues et ces feux… qui switchent en même temps quand ça se croise!!! Il n’y a pas de tempo!

DCIM104DRIFTDCIM104DRIFT

Je longe les voies ferrées pour passer non loin de la magnifique gare d’Odessa.

DCIM104DRIFT

Et croise aussi quelques motards locaux.

DCIM104DRIFTOukélélaplak, Boris?

Le Boulevard Pushkin ainsi que la Rue Ossipova où se situe mon hôtel est en pavés. J’ai mal au cucul, c’est juste terrible d’être aussi secoué qu’un Orangina!

DCIM104DRIFT

Enfin à l’hôtel. Il fait pas loin de 35°C, la douche est la bienvenue. Je prends du repos pendant quelques temps après cette longue journée éprouvante.

Le soir sera passé à se balader tranquille sur l’avenue piétonne d’Odessa : Derybasivska Street.
Demain, ce sera journée break, donc tranquille Emile (ou l’Education).

Prochain arrêt : Odessa en Ukraine est à venir (journée de repos)!

4 réflexions sur “ES12 : Galaţi (RO) – Odessa (UA)

  1. Cléa Cassia dit :

    T’as des pattes d’ours pour déchirer les sachets de thé ou quoi ?

    Gros coup de cœur pour le backstage de la pose, j’imagine passer en bagnole devant un gugusse à genoux dans la poussière^^

    Je suis quand même intriguée pour savoir pourquoi le numéro de série du cadre est si important ? Genre, au cas où t’essaye de passer avec une moto volée ?
    Bref tu dois pas faire le malin pendant ce genre d’interrogatoire…

    Félicitations pour la mer noire !
    En tout cas ta joie pour la route jusqu’à Odessa est communicative (RIP tes fesses avec tous ces trous par contre ^^)

    J'aime

    • Papy dit :

      Alors j’ai de petites mimines mais plutôt épaisses ^^
      En fait, c’est que les sachets de thé étaient collés à l’emballage.
      T’en prends 1, hop, les feuilles se barrent. Puis 2, puis 3…

      Ha bah je me suis fait klaxonner pendant que je prenais la pose à la con ^^

      Oui, c’est pour voir si ce n’est pas une moto volée. Pour le moteur, c’est plus bizarre car sur ta carte grise, rien n’est mentionné (les numéros sont différents).
      Puis si ton moteur casse, tu as un autre numéro de moteur.
      Au début, je n’en menais pas large. Puis voilà, tu montres ta bonne volonté, l’ambiance se détend.
      C’était drôle quand Zebigbos a tenté de lire les numéros de ma rue en français ^^

      C’était de la joie mélangée à du soulagement d’avoir fait le trajet aller.
      Pour les fesses, ça allait encore, c’était surtout le dos et les épaules qui ont morflé avec les trous et pavés 🙂

      J'aime

Répondre à Papy Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s