ES11 : Varna (BG) – Galați (RO)

23 juillet 2017 : Varna (BG) – Galați (RO)
350km + 2km
« C’est la Mer Noire! »

RB 23-07-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

_IMG3789Le soleil vient de se lever, avec l’ami Ricoré!

Pour une fois, j’ai fait la grasse matinée.
Woohoo, me direz-vous en bulgare, jusqu’à quand Papy?





6h40.

Ouais. Une grasse matinée made in (sidi’h’)bibi.

Mais quelque chose me dit que la journée va être dure (CMB).

J’avale vite fait le petit-déjeuner et décarre vite d’ici. Décidément, Varna, c’est vraiment la côte d’usure.

_IMG3791

Puis il fait chaud et humide: 27°C au réveil, c’est tendu.

L’avantage du coin, c’est que la route qui longe la côte de la Mer Noire est entièrement boisée. Je prends donc l’E87 qui va être la route de la journée pratiquement.

DCIM101DRIFT

Ça sent l’étape pure de liaison (pivot glissant) encore. A la sortie de Varna, je voulais visiter le Monastère d’Aladzha. Mais à 20 leva puis une ouverture qu’à partir de 10h00, on laisse tomber. Ceci étant, c’est pratique car il y a une source de flotte bien fraîche.
M’enfin, c’est chaud pour remplir les 3 bouteilles de flotte avec un si petit débit
Ça s’impatiente derrière. Ah ces motards français, quelle belle bande de casse-couilles! 😀

Pour la faire simple, jusqu’au poste-frontière de Durankulak, ça sera une route pénible, chiante, pas intéressante, droite et autres qualificatifs traduisant l’ennui.

Je caressais le doux espoir de voir la Mer Noire, je me prends une biffle. Que dalle, zob, walou, je ne la verrai que… 2 secondes. La route est bien trop éloignée de la mer et je passe à travers champs de blé, de lavande (il n’y a que les odeurs d’icelle qui relèvent le niveau) et d’éoliennes. Les villages traversés n’ont aucun charme, voire même délabrés. On comprend mieux pourquoi la Bulgarie est le pays le plus pauvre de l’UE malheureusement. Et ça renforce ce que je disais dans mon article précédent

_IMG3812Et ce n’est qu’un lac que l’on voit ici…

Arrivé à Durankulak (à ne pas confondre avec Duran Duran), je fais mon refuel et file en direction de la douane, qui s’appelle Mick.

_IMG3805Leslie : « Encore une blague aussi nulle, et je rentre dans l’Ain sans toi! »
Moi : « Bon ok… »

_IMG3818Au revoir Bulgarie, et merci!

Et là, je tombe sur une file interminable (en deux mots, ça passe aussi) de bagnoles. Je me rappelle toujours ce que me disent les copains motards, c’est de remonter les files autant que possible.
Sauf qu’il y a un golgoth qui doit faire dans les 1m95 et facile 130kg qui me chope. Il me parle dans sa langue, j’y pane rien, et j’avance. Pas moyen, je fais le forcing jusqu’à ce que je ne puisse plus avancer. Je pense qu’il voulait que je fasse la queue. Il fait 34°C, pas moyen de poireauter dans l’équipement.

_IMG3819

Et quelques instants plus tard, nous voici en Roumanie!

DCIM102DRIFTOh putain…

Et ce sera quasiment ainsi jusqu’à l’entrée dans Mangalia. Ca y est, on longe vraiment la côte et c’est le bordel car tout le monde veut se parquer… Puis question organisation, on est loin des standards de l’Europe de l’Ouest, c’est un peu la loi du plus fort ^^
Sans oublier que l’on est dimanche, jour du seigneur, jour de repos, vacances, donc triple punition.

Tant bien que mal, modulo la circulation faite par la Poliția dans les ronds-points m’encourageant à continuer de remonter les files (si si!), j’arrive à l’entrée de Constanția. L’accueil fait par cette cité est à tomber par terre…
De dégueulis.
C’est sale, un bon mélange d’hydrocarbures et de poubelles, hmmmmm… par cette chaleur, c’est le pied (qui lui aussi doit sentir vu mes bottes bien fermées…).

Constanția est le port principal de Roumanie, à la fois en marchandise et aussi… militaire.
J’en profite pour voir le seul monument de la ville, le Farul Constanția (photo au passage piéton). Le reste, ce sont des artères bien larges, (jusqu’à 8 voies, WTF?), des feux à ne plus savoir quoi en faire, des trams… bref, une ville témoin encore du communisme!

La circulation ne tourne pas en eau de boudin… enfin… jusqu’aux por(c)tes de la ville.

DCIM102DRIFTQuand il n’y en a plus, il y en a encore…

Leslie a chaud, moi de même, je commence à en avoir ma claque/biffle, qu’on sorte de lààààààààà.

D’ailleurs, je voulais piquer une tête, mais vu la foule, les odeurs et l’envie d’avancer (non pas d’aimer), on tire recht!

Passé la ville, en… allez… même pas deux kilomètres, changement RA-DI-CAL.

DCIM102DRIFT

Il ne manque que les bottes de paille et on se croit dans le Far East. Et ça, ça sera jusqu’à la bifurcation pour la direction de Galați.
La route est bien plus sympa avec de longues courbes à travers ces champs. Tantôt rasés, tantôt en friche, les paysages sont certes toujours identiques, mais je ne sais pas, c’est bien plus sympa.
Est-ce aussi le fait qu’il n’y ait quasiment personne sur la route 22?

DCIM102DRIFTDualité powa.

Petit événement après Mihai Viteaza!

_IMG3826Joyeux kilomersaire Leslie!

Mais cet aprem’, il fait vraiment très chaud chaud. Le soleil sur la peau, el ritmo (de chez Fiat) chaud chaud. C’est horrible, même le vent me brûle la tronche! A tel point que je stoppe à une station pour prendre du frais à l’ombre.
Le tee-shirt est encore plus humide qu’une éponge qu’on vient à peine de passer sous l’eau, le boxer, n’en parlons même pas, au moins, je sais que mon système de refroidissement fonctionne à merveille, putain!

_IMG3834L’ombre est définitivement ma copine en ce jour…

A Babadag, j’en profite pour prendre du cash dans un ATM miteux. Le tout sous le regard de deux gamins… mouais, on va tout prendre sur soi, hein! Direction désormais la route 22E pour rejoindre Horia.

Vraiment, je suis impressionné par cette partie de la Roumanie. Je m’attendais à du plat, mais non, c’est très vallonné. Très à l’abandon aussi dans les villages, sauf…

Les églises qui fleurissent de partout. Ce sont les seuls bâtiments qui tiennent la route (dans tous les sens du terme) aux alentours.

Et quand je parle de relief, ça donne ça!


Des usines à l’abandon, et des zones totalement désertes presque humainement. D’ailleurs, je me demandais où allait le couple…

De nouveau, une frayeur avec une sangle qui a disparu! Je ne l’ai jamais revue comme dirait Jean-Pierre Mader. On remet ça vite et on serre comme un sourd. Va ptet falloir que j’arrête la… bref.

Jusqu’à Macin, rien de bien palpitant. C’est droite et plat de nouveau, je cruise à 110km/h pour essayer de choper au plus vite le bac pour traverser le beau Danube… gris. J’en profite pour ramarrer un collègue en Shadow.
Mais même à 110km/h, je me fais encore non pas dépasser, mais enrhumer par les pilotes locaux!!!!

DCIM102DRIFTNon, n’abusons pas non plus, pas par la charette…

Enfin, avec le collègue en Shadow, on arrive au ferry. Là, il me fait signe de le suivre de remonter la file de bagnoles qui attendent.

FILE2837.jpgComme aux frontières en fait!

Ticket pris, on embarque sur… la coquille de noix. Et regardez le revêtement que c’est!

_IMG3857

Et vous voulez rire? Il faut garer la moto perpendiculaire! On n’a pas été de trop de trois pour garer le cheval bleu.
Pendant la traversée, je devise avec le collègue. Il est d’une autre Galați et est parti le weekend sur la côte. On discute notamment des églises et me sort cette phrase : « Mon ami, en Roumanie, il est bien plus facile de construire des églises que des hôpitaux. » Je comprends mieux certaines choses…

Nos chemins se séparent et j’ai moins de 1km à faire avant d’arriver à l’hôtel.
Quand je ne me plante pas d’hôtel #MarrelFacts.

Bref, après ces tergiversations (voilà, je l’ai placé), j’ai mérité de me reposer dans ma chambre avec une vue de ce type là.

Panorama_IMG3871On voit à gauche l’hôtel avec le même nom que celui où je suis… 

Puis pour le soir, je décide de me balader le long des quais. Il n’y a que ça à faire, même Booking ne me trouve rien à voir dans la ville, excepté l’église fortifiée à côté de l’hôtel. Galați est le port principal (encore!) sur le Danube en Roumanie.

dav

Pour le reste, ce sera simple, je fais des vidéos des photos de la vie ici. C’est marrant combien le roumain a certaines sonorités proches de nos langues latines (ben oui, banane, c’en est une…).

D’ailleurs, les billets roumains sont assez marrants avec leur encart transparent!

davVivo per leiiiiiiiiiiiiii!

Je mange au Cormoran sur le Danube. Je déconseille ce bouiboui, service nul alors qu’il y avait quasiment personne, pizza plus que passable et une sympathie qui n’a rien à envier à la prison de Guantanamo.

Retour à l’hôtel où je profite de la vie nocturne depuis mon balcon. Et je pense à demain.

_IMG3889

Demain, on y sera.
Normalement.
Si on me laisse entrer.
L’excitation monte.

Prochain arrêt : Odessa en Ukraine est à venir!

8 réflexions sur “ES11 : Varna (BG) – Galați (RO)

  1. Hervé Nobel dit :

    J’ai eu le même feeling que toi à Galati, et dans toute la Roumanie, d’ailleurs : à fuir !
    Ceci dit (Bel-Abbès), côté ukrainien la route jusqu’à Odessa n’est pas frnchement mieux… avec l’enclave moldave de 2 kms… 3 hrs pour franchir ces 2 bornes… vérification des nos de moteur, cadre etc… des branques ! J’étais en sens inverse par rapport à toi.
    J’espère qu’ils m’ont pris en photo, parce qu’ils ne sont pas prêts de me revoir… c’était au 1er mai, ça caillait sec…2012. Jour de l’élection du baiseur casqué…
    Où vas-tu après Odessa ? La côte est mieux en direction de la mer d’Azov (Mariupol), mais je ne connais pas la situation politico-militaire…on en entend plus parler. Ce qui ne veut pas dird que ça aille mieux…

    Cheers ! A la tienne…

    J'aime

    • Papy dit :

      Salut!

      Merci pour ton commentaire !

      Ahhhhhhh pour la partie en direction de l’Ukraine, ce sera au prochain épisode. Ça n’a pas été aussi chaotique, mais ça vaut son pesant de cacahuètes.
      Odessa est la destination finale de mon voyage. J’attaque le retour. Mais d’abord, ce sera une journée de repos là-bas. C’est à cause d’un ami que je suis allé ici 😂

      @+!

      J'aime

    • Papy dit :

      Justement, l’accroche de l’article fait référence à la vidéo de QPUC :p

      Le remonte-file, ça n’a pas duré très très longtemps, juste à Constantia.
      Pour la partie campagne, oui, c’était une bonne bouffée d’air chaud après le tumulte de la ville. Et en bon misanthrope, ça m’allait parfaitement, Alphonse 😀

      J'aime

Répondre à Papy Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s