Balade Préparatoire 8 : Se faire (les) Alpes à gué

26 mai 2017 : Se faire (les) Alpes à gué
645km
« Des cols et envole-toi ».

RB 27-05-2017

Bonjour cher visiteur venu de la planète Internet!

Bon, ok, je suis tout cassé en ce moment, merci Brice. La météo de l’Ascension étant (plus-que-) parfaite, prenons de l’altitude justement.

Je regarde sur l’excellent site Sport Passion et vois que la plupart des cols alpins sont ouverts depuis cette semaine. Vu que j’aurai peu de balades en prévision avant le départ pour l’Expé, autant charger la mule.
De plus, un défi est lancé ce weekend sur une page Facebook pour le plus gros dénivelé de cols. Pour cela, il suffit faire un selfie devant le panneau de col et remplir un formulaire. Bon, je le dis, j’ai gagné ce weekend avec plus de 14,000m (et encore, j’ai oublié de prendre en photo devant le refuge du Galibier) :p

Départ 7h00 depuis l’Ain et premier arrêt pour l’essence et direction le Cerdon.

FILE0087.JPGOui, la bestiole écrasée me suivra jusqu’à la fin. #MarrelFacts.

Jusqu’à Annecy, rien de bien passionnant. A tel point que je prends l’A40 jusqu’après Bellegarde-sur-Valserine.

8h20, nous voici dans la Venise des Alpes. Comme toujours, la vue sur le Lac est à tomber (oh the irony…).

_IMG1094

Direction le Col de Bluffy (630m) où il y a un trail d’organisé.
Caramba, est-ce qu’atteindre la Forclaz de Montmin (1157m) est possible? Oui! Mais bien faire attention aux coureurs.

DCIM100DRIFTPhotoception.

_IMG1102.jpgLa vue est bof…

Et la vue depuis le Col est juste étourdissante (non ce n’est pas à cause de l’altitude).

_IMG1108.jpgLa région est bof…

La descente est menée à grand train, je chope le wagon pour rejoindre Ugine et les Gorges de l’Arly (pour une fois, ouvertes!). Tout roule sur des rails jusqu’en bas des Saisies.

FILE0481.JPG

La route du Col des Saisies (1650m) a été refaite! Il était temps! Magnifique au demeurant ce dernier, c’est là où je croiserai le plus de motards avec un groupe d’une 40aine de personnes.

La vue au sommet est encore…

_IMG1123.jpgJe vous laisse deviner le mot (merci SeBTiK).

Nous sommes au mois de mai et c’est le grand moment des transhumances.
Celle des motards en BMW.
Celle des Parisiens en quête de bol d’air non pollué et de relief.
Ainsi que des…

Nous voici désormais à Beaufort-sur-Doron, célèbre bourgade Savoyarde connue pour un met dont je raffole (absolument pas) : le fromage. Si vous passez dans le coin, c’est un must to stop.

DCIM100DRIFT

C’est aussi la commune du point de départ d’un de mes cols favoris (si ce n’est mon préféré) : le Cormet de Roselend (1968m), précédé d’abord par celui du Méraillet (1605m). La route est toujours aussi piégeuse mais pas gravillonnée.

Arrivé au Méraillet (quand on parlait de train tantôt), je prends d’abord la direction du Barrage de Roselend. Mince, il a été vidé il y a peu et le niveau est bien bas :O quelle déception.

Déception certes, mais quels paysages encore une fois!

La route en direction de Bourg-Saint-Maurice est très piégeuse ensuite car pas large du tout et en mauvais état. Ainsi, le rythme redescend, mais on ne se lasse pas de ces moments de vie dans les Alpes.

FILE0826.JPGHo hisse!

Avez-vous déjà vu une vache traverser un torrent?

FILE0808.JPGMaintenant, oui!

Midi, je suis au pied de l’Iseran. Malheureusement, c’est fermé. Il faut que je rejoigne la Vallée de la Maurienne pour la suite du roadbook. On va se faire le Col de la Madeleine (avec du beurre, des oeufs…) à la place.
J’essaie de joindre le SeBTiK, mais il n’est pas chez lui snif! Pour une fois que je traînais dans son coin 😥

Un McDo plus tard, je ne fais pas les choses à Moûtiers pour rejoindre le pied (bot) de la Madeleine en passant par la N90.

Le temps est plus menaçant sur la Madeleine (2000m), son humidité gagne les naseaux. Une vraie fontaine celle-ci, sacré débit qu’elle a, elle en éclabousse.

_IMG1204.jpgCe CR devient vrai graveleux…

Les paysages sont toujours aussi attirants.
Elle est tellement jolie
Elle est tellement tout ça
Elle est toute ma vie
Madeleine que j’attends là.

Vous avez attendu combien de temps que je la fasse ma connerie? :p

_IMG1228.jpgLeslie : « pitié, vivement qu’on roule et qu’il se taise! »

Pour une fois, je ne me fais pas la descente sur du gravier. Non, on change, cette fois, ce sont les raccordements de bitume. J’ai failli me tauler dans une épingle avec une grosse perte de l’avant. Un scandale, sérieusement. Méfiance si vous allez vous balader par là-bas avec ces températures!

En parlant de températures (environ 30°C), c’est la première fois que je vois Leslie monter à 5 barres sur 6 (certes lors d’arrêts) en température. Dans les grimpettes, c’est 4 barres et les ventilos qui se déclenchent. Vu comme le moteur est encapsulé et combien il est sollicité, plus le manque d’air dans ces altitudes, rien d’étonnant.

Un arrêt essence à Saint-Michel-de-Maurienne (16,22L pour 342,6km, soit une consommation de 4.73L/100km O___O ) et c’est parti pour les ascensions (normal pour le weekend où nous sommes) du Télégraphe (1566m) et… du tunnel du Galibier (2558m, non comptabilisé car pas de selfie).

Ce qui est appréciable, c’est qu’il n’y a quasiment aucun cycliste. Pas besoin de faire du zigzag dans tous les sens, sauf avec les rares camping-cars. D’ailleurs, Valloire est totalement déserte!

Plus on monte, plus il y a de la neige. On a jusqu’à 7m de murs sur les bas-côtés! Impressionnant!

Arrivé au tunnel, je vois le gros temps se préparer. Qu’est-ce qui se prépare du côté Briançonnais… bien entendu, je suis parti sans équipement de pluie, gants pas étanches… j’ai oublié mes précautions en même temps que mon cerveau à la maison!
Comme vous le voyez en dessous, finalement, la météo est très bonne (comme la musique dans le casque à ce moment).

Après une baston de marmottes sur la descente en direction du Lautaret (2058m), je prends la direction de la Grave en faisant monter dans les aigus Leslie dans les tunnels. Jusqu’à arriver à la déviation du tunnel du Chambon où une route de substitution a été créée.

FILE1738.JPGC’est parti!

FILE1793.JPGLa fameuse route de substitution 😀

Forcément, ce qui devait arriver arriva…

C’en devient un running gag avec moi…

_IMG1273.jpg

Arrivé au Bourg-d’Oisans, je me demande si je continue ma route comme prévu ou rentre.
Je suis à près de 460km déjà dans les pattes et il est 16h30.
Qu’importe, je me fais le dernier col de la journée : le Col d’Ornon (1372m).

J’en profite des lignes droites et des travaux pour nettoyer (enfin!) la lentille de la caméra sur la D1091 ^^

FILE1872.JPGCoucouuuuuuu 😀

DCIM101DRIFTIl y a du mieux, n’est-ce pas?

Le Col d’Ornon passé et le selfie fait, direction Valbonnais puis La Mure afin de rejoindre la Route Napoléon.
Sauf que je ne prends pas la route habituelle, mais me perd totalement pour rejoindre le Lac de Monteynard-Avignonet. Je tombe sur de jolies routes le long de la D529.
C’est dans des cas comme ça où tu te dis que de te paumer fait partie du charme de la moto. J’en profite pour boire encore (très important durant ces grosses journées chaudes).

_IMG1276.jpgNon?

La suite sera bien plus monotone. Je file rejoindre Champs-sur-Drac puis contourne Grenoble afin d’abréger les souffrances. Je prends l’autoroute A48 puis A43 jusqu’à Bourgoin-Jallieu et rentre par les routes (pénibles) du Nord-Dauphiné puis par la D1075 jusqu’à la maison.

FILE2116.JPGGrenoble en vue!

FILE2242.JPGBooooooorn to be wiiiiiiiiid!

FILE2482.JPGElles sont intéressantes les routes par ici…

Encore une fois, je suis agréablement surpris de l’autonomie de la caméra  (ma vieille Drift HD170 de 2011). J’ai utilisé les deux batteries dans la journée et il me restait encore du rab en enregistrant en timelapse! Excellent pour l’Expé à venir! Il faut juste que je fasse plus attention à la propreté de la lentille…

20h03, me voilà rentré à la maison. Près de 13h de roulage, 645km au compteur de la moto. Mes côtes ont tenu et mon genou aussi! Bon, OK, normalement, je devais me reposer. Mais avouez que c’était trop tentant! Vous aurez le droit de me baffer, de m’émasculer et de me décapiter pour la peine.

Voila.

Check de la consommation : 4,8L/100km selon l’ordinateur de bord! D’ordinaire, je suis à 1L de plus. J’avoue avoir roulé en mode Expé aussi.

Ma crainte se situait au niveau de mes pneus. Ils avaient pile 7,000km au compteur et bien usés. Ils n’ont absolument pas bougés de la journée (enfin si, ils ont fait 1,040,000 tours environ)! Les 9,000km sont faisables avant témoin!

Quelle journée dans les Alpes! C’est une des plus belles balades de l’année.

OK, elles le sont toutes.

C’est la plus impressionnante. On se rend compte que nous sommes des grains de poussière face aux éléments et face à la Nature.

Petit bonhomme, mais gros CR. Donc 1,500mots rien que pour toi, pub(l)ic!

2 réflexions sur “Balade Préparatoire 8 : Se faire (les) Alpes à gué

  1. Cléa Cassia dit :

    Super sympa la couleur du barrage ! (et le lac d’Annecy aussi !)

    J’ai bien aimé la vidéo avec les vaches ^^ Même si à un moment on dirait qu’une va te foncer dessus, c’est pas très rassurant…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s